LES « GRANDS PRIX » AUTOMOBILES dans le collimateur des soucieux de l’Environnement

tropheeandrosMalgré le fait qu’ils soient financièrement de bon rapport, y compris pour leur entourage, ils sont ou seront sommés, un jour ou l’autre, de se convertir à un autre combustible moins polluant… « Cela ne pourra pas se faire rapidement et de ce fait « on » ne pourra pas les interdire », m’a-t-on dit, avec force.

Bien évidemment, en matière de circuit automobile, il n’est question, en Belgique, que du prestigieux circuit de SPA-FRANCORCHAMPS1, presque centenaire. Dans les années 1950, à Léopoldville (Kinshasa – RDC), « Le Grand Prix Automobile de Léopoldville » fut organisé par des passionnés locaux. Dès le premier, en 1955 (m’a rappelé un ami survivant, comme moi), le public se pressa en nombre le long du parcours tracé en plein centre de la ville. Le circuit avait 2 km 400 et comportait 120 tours. En 1958, Paul Frère (1917-2008) avait battu le record à 116 km/heure de moyenne au volant de sa Ferrari ; accidenté, à huit tours de la fin,  il dût abandonner au profit de Pierre Berchem qui réalisa une excellente moyenne de 110 km/h avec sa Lotus d’un jaune flamboyant ! Il y a eu cinq GP ; les tristes évènements de 1960 y ont mis un arrêt prématuré et définitif.

Qui, dans le commun des mortels, se souvient de ces grands noms belges des courses automobiles, dont aussi, Olivier Gendebien (1924-1998), Lucien Bianchi (1934-1969), Thierry Boutsen (1957-), Alain de Changy (1922-1994), Patrick Nève de Mévergnies (1949-), André (1918-1993) et Teddy (1942-) Pilette, Jacky Ickx (1945-) et tant d’autres belges pilotes d’automobiles de courses, dont certains furent plusieurs fois champions ??

ANDROS 18c 2015 01 17 TROPHEE ANDROS écurie SAINTéLOC JP PERNAUT sur le circuit 39cy

Jean-Pierre Pernaud en pleine action. Photo(c)hvz

En France, depuis 25 ans, existe un petit jeune mais néanmoins très estimé : le TROPHEE ANDROS qui, à l’inverse des autres courses, a lieu sur la glace en divers coins du pays ; «une épreuve incontournable, esthétique et innovante » dit et écrit volontiers Max Mamers, ancien champion automobile français transformé en organisateur, très compétent, d’évènements sportifs et  même culturels.

Cet évènement annuel de l’automobile, devenu célèbre et très festif, a lieu, outre à Andorra,  dans plusieurs  lieux montagnards de France : Val Thorens,  Alpe d’Huez, Isola 2000/Alpes Maritimes, Clermont/Superbesse, Saint Dié des Vosges et sur le circuit des Montagnes de Lans, à l’entrée du Parc du Vercors, où il a eu lieu, les 16 et 17 janvier dernier, pour la vingt cinquième fois. Il s’est également « promené » à Sherbrooke, au Québec.

Un peu de son histoire :

ANDROS 65 2015 01 17 TROPHEE ANDROS ERDF Franck LAGORCE 65cy

Voiture électrique. Photo(c)hvz

 

Le Trophée Andros est une aventure menée, depuis trente ans, par deux amis, passionnés dans tout ce qu’ils entreprennent : Frédéric Gervoson, Président de la société Andros (les confitures, compotes et autres délices) et Max Mamers,4,5. Leur soucis, bien avant d’autres organisateurs de courses automobiles, est de respecter l’environnement de la meilleure manière possible, voire absolue à Lans en Vercors, comme dans les autres lieux de France. Cela ne date pas d’hier. En 2009, Max Mamers a inauguré, dans la ville de Pau, la première course mondiale de vitesse, cent pour cent électrique ; depuis, elle fait partie du Trophée Andros. Ces voitures électriques  résultent des « Andros Cars » créés par la société Exagon Engineering4. Etant en balbutiement électrique, toutes les catégories de voitures de courses ou de motos sont loin d’être modifiées.

Nombreux sont ceux qui ont participés à l’Andros, tels Yvan Muller (champion de 1996 à 2006), Luc Alphand, Paul Belmondo, Anthony Beltoise, Jean-Pierre Beltoise, Alain Prost, Ari Vatanen…la liste est longue, y compris féminine. Au 1er décembre 2014, deux cent cinquante et une courses avaient été disputées, dont vingt-quatre à Lans-en-Vercors. Elles ont été suivies par un nombre croissant de public passionné ou simplement curieux, grands et petits. L’arrivée du Trophée Andros est attendue d’une année à l’autre, où qu’il ait lieu. C’est donc bien un événement pérennant à Lans en Vercors comme ailleurs.

ANDROS 30 2015 01 17 TROPHEE ANDROS 1ère boucle 30cy

Une boucle du circuit Andros. Photo(c)hvz

Par passion, beaucoup de bénévoles  accourent de toute la France sur les sites du Trophée Andros afin de partager, dans une bonne ambiance, les différentes tâches inhérentes à ces organisations, allant de la billetterie, des postes de contrôle, des buvettes, aux cuistots, en passant par  les techniciens divers, telles l’ASA St-Marcellinoise (Association Syndicale Autorisée) et celle de Montélimar ; sans compter, tous aussi sympathiques les uns que les autres, les secouristes, dont deux médecins urgentistes, la Police municipale, les gendarmes, les commissaires de piste, et j’en passe. Ainsi, Sylvie, chronomètrice durant quelques années : « je suis sur l’Andros depuis deux ans et j’espère bien revenir au prochain, à Lans, car j’apprécie l’ambiance et le merveilleux paysage au milieu duquel il a lieu. Mon métier, m’a permis de découvrir la France, je ne connaissais pas le Vercors et le peu que j’en ai vu m’a décidée à y revenir cet été » ; Mélanie qui, depuis deux ans, vient de la région parisienne « avec le plus grand des plaisirs », ou Charlotte « j’habite en Grésivaudan et je participe, en tant que bénévole, à l’Andros depuis quatorze ans, au début j’étais à la buvette extérieure et, malgré le monde à servir, j’étais complètement glacée… ». Outre le grand espace mobile réservé à la presse, il y avait : celui concernant les VIP, le paddock, couvert, pour les concurrents hommes et femmes avec leur bolide et les mécaniciens, la grande tente qui abritait les douze motards dont Vivien Gonet, le camion hébergeant la « Boutique » hivernale fort bien achalandée, la buvette extérieure avec ses boissons chaudes destinées au public, tenue par les « Amis des Coulmes » (région de ski faisant partie de Rencurel (un ilot vercorien sauvage, retiré du monde, où le calme règne en maître), un « point d’accueil » où, tour à tour, les bénévoles pouvaient se réchauffer autour d’un bon café ou d’une excellente soupe, un grand « restaurant de campagne » où Christian et son équipe ont préparé et servi 750 repas succulents en deux jours d’activité intense, tandis que sur la piste résonnaient les grondements des moteurs, les crissements des roues mordant la glace du circuit et les vrombissements des motos de l’AMV CUP (anciennement le Pilot Bike) bloquées sur la ligne de départ. Vers 22 h 55’, leur course a dû être arrêtée quelques minutes, du fait, malheureusement, de chutes et d’évacuations du circuit. Ce sont souvent les jambes et les genoux qui sont en forte souffrance.

Trente-trois pilotes y ont participé, dont le très connu présentateur du Journal de 13h, de TF1, Jean-Pierre Pernaut présent sur le site depuis dix ans, ainsi que son fils Olivier, Oliv pour les intimes ; onze femmes au volant de Sprint Car et douze motards qui, en fin de course, s’adonnèrent à de spectaculaires avancées sur leur roue arrière… Aurélien Panis, Vincent Beltoise, Franck Lagorce (qui a fréquenté le circuit canadien de Sherbrooke)  avec sa jolie Andros à croquer, Louis Gervoson, J.P. Dayraut, le grenoblois Olivier Panis, le finlandais Tooma Heikkinen, Bérénice Demoustier, Marlène Broggi, les russes Vasily et Nikolay Gryazin, comme Jessica Gustin, Marine Mercier, Elisa Chevillon au volant de leur Sprint Cars aux couleurs chatoyantes et j’en passe ne pouvant les citer tous, hélas3,6. Pour l’ERDF Trophée Andros Electrique était invité Eric Hélary qui, en 1993, avait remporté les 24 heures du Mans. L’AMV CUP avait convié Antoine Méo , quatre fois champion du monde d’enduro entre 2010 et 2013 ainsi que Vincent Philippe, octuple champion du monde d’endurance moto et sept fois au Bol d’Or, entre 1992 et 2014.

ANDROS 17cy 2015 01 17 TROPHEE ANDROS Lans Vercors JP PERNAULT et HvZ gelée pht JPP intw HvZ 17cy

Jean-Pierre Pernaut. Photo(c)hvz

Jean-Pierre Pernaut m’a gentiment accordé deux minutes avant de rejoindre son stand : «… C’est la dixième fois que je viens à Lans en Vercors pour le Trophée Andros, c’est ma dixième saison, c’est mon fils aîné pilote professionnel qui m’a entraîné et puis je suis pilote aussi donc je m’amuse, je me détends deux mois dans l’année, les week-end dans la neige et dans la glace et j’adore cela…. » Et « cela » vous maintien en forme pour la TV … « … bien il paraît, regardez, vous aussi êtes en forme, quand on habite à la montagne, cela aide à bouger un peu, cela détend surtout la tête, et puis à l’intérieur d’un casque on n’est plus présentateur à télé, on est un pilote parmi d’autres, un petit amateur qui essaie de progresser… » et votre fils participe à l’Andros, depuis quand ? « Ah, lui est là depuis onze ans et puis c’est lui qui m’a emmené au Trophée Andros, il est parmi les meilleurs du Trophée, dans les dix premiers, moi je suis derrière, dans les amateurs, dans la deuxième catégorie mais Olivier est un pilote qui fait de la course toute l’année, dans d’autres catégories comme la Fun Cup, la Racecar, la GTI… enfin plein de compétitions…bon je vous laisse, on m’appelle.. ». A grandes enjambées, il a rejoint son stand. Un peu plus tard, lancé à pleine vitesse sur la piste, Jean-Pierre Pernaut a heurté un rocher (m’a-t-on dit) et leur DS3 s’en est tirée moins bien que son conducteur qui a été quitte pour plus de peur que de mal. Le tour de force a été mené par les mécaniciens de Saintéloc qui ont réparé la voiture en une heure, permettant ainsi au père et au fils Pernaut de participer aux finales. Olivier s’est placé 10ème, devant Béroujon et Fontanel dans la course 2, Elite 1. Il devrait participer au Grand Prix de Spa-Francorchamp…

ANDROS Chars romains ARCHIVES scolaires HvZ

Char Romain. Archive hvz

Vingt-cinq ans après l’installation du Trophée Andros à Lans en Vercors, alors qu’il est connu dans le monde entier des courses automobiles diverses,  Madame Catherine Brette (EELV Isère), Présidente du Parc Régional du Vercors depuis le 7 juin 2014 s’oppose à la continuité du Trophée Andros à l’entrée du Parc Régional Naturel du Vercors : « ce type de course automobile n’a pas sa place dans le Vercors, parce que pas compatible avec la Charte du Parc » ! Sous entendu : il pollue. C’est bien évident  qu’un tel avis cause des remous sur le circuit et même plus loin car on y tient à ce Trophée3 à Lans-en-Vercors !  C’est dit sans réfléchir aux conséquences désastreuses pour les commerces des villages de Lans à Corrençon qui souffrent du manque d’enneigement chronique et, en opposition, sans penser aux dégâts causés à la nature par les divers aménagements anarchiques effectués dans le Vercors depuis vingt-cinq ans. Sans doute, dans ce petit village, d’aucuns voudraient instaurer des courses de char, telles que celles de l’antiquité et, de préférence, illuminées au moyen de torchères munies de flambeaux… Une polémique est lancée à Lans-en-Vercors.

Henrianne van Zurpele pour www.objectifmag.be – ce 1er mars 2015

  1. http://www.spa-francorchamps.be/fr/http://www.spa-francorchamps.be/fr/
  2. http://www.objectifmag.be/le-trophee-andros-evenement-festif-francais-de-lautomobile/
  3. www.trpheeandros.com pour connaître les noms de tous les concurrents et les résultats 2015.
  4. http://www.2mo.fr
  5. http://www.sudouest.fr/2013/05/02/100-bleu-electrique-1041762-706.php

6. http://www.meltyxtrem.fr/trophee-andros-2015-victoire-d-olivier-panis-et-benjamin-riviere-a-lans-en-vercors-a372358.html