Bastogne Mémorial Day 2015

Memorial Day Bastogne 2015

Vétérans du 512 bataillon MP de la 3ème Armée Américaine. // Photographe: Eric de Wallens (c) www.objectifmag.be

En ce mois de mai, c’est la période du Memorial Day, dans notre pays il se déroule en général dans les trois cimetières Américains, Waregem, Neuville-en-Condroz et Henri-Chapelle. Il y a aussi Bastogne. Dans cette ville pas de cimetière US, mais un endroit bien connu, le Mardasson, élevé sur la colline du même nom. Ce Mémorial témoigne de la reconnaissance Belge aux troupes américaines venues combattre dans la région durant l’hiver 1944 -1945. C’est entre le 16 décembre 1944 et le 25 janvier 1945 que le Généralfeldmarschal  von Rundstedt a lancé son offensive appelé depuis la Bataille des Ardennes.

Memorial Day Bastogne 2015

La garde d’honneur. // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

L’histoire a tendance à ne retenir que les GI’s, c’est vrai que dans le périmètre de Bastogne il était nombreux. Sur le champs de bataille,  il y avait aussi des Anglais. Mais il ne faut pas oublier les Belges, il y a bien évidement la population locale. Les infirmières Augustat Chiwy et Renée Lemaire, cette dernière est morte pendant les combats et est enterrée à Bastogne. Elles ont soignés les blessés US.
Il y avait aussi des militaires, et oui, il n’y a pas que la 82ème ou 101ème Airborne, il y avait le 5ème et 6ème bataillon de fusiliers, bien belge ces deux unités. Elles faisaient partie de la 3ème Armée US. Un peu plus haut, en remontant vers l’Allemagne, dans la région de Liège et proche de la Province du Limburg, était stationné le 4ème bataillon de fusiliers, rattaché à la 9ème Armée US. Ceux-ci gardaient les ponts et les axes routiers importants afin d’éviter une arrivée de renfort Allemands.

Memorial Day Bastogne 2015

Madame l’Ambassadrice

Donc en cette après-midi du vendredi 29 mai, le rendez-vous était donné au pied du Mardasson pour la cérémonie annuel du Memorial Day, en présence d’autorités civiles et militaires, Belges et Françaises et Américaine, en la personne de Madame l’Ambassadrice des USA, Denise Campbell Bauer. Mais aussi de porte-drapeau, de volontaires de guerre des bataillons en question, ou encore d’enfants de l’école de Marvie. De la Royale Union des Fraternelles d’Anciens Combattants…. Impossible de citer tout le monde.

Memorial Day Bastogne 2015

Monsieur le Bourgmestre dépose une couronne de fleur.// Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Memorial Day Bastogne 2015

La journée se termine par un drink. Madame l’Ambassadrice en compagnie de monsieur D’haese, volontaire de guerre au 5ème bataillon de fusiliers. // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Retenons le discours de Monsieur Mr Lutgen, Bourgmestre CDH de Bastogne, il nous rappelle que le devoir de mémoire est important. Aussi important que l’intensité de chaque commémoration ainsi que les liens qui unissent la Belgique et les Etats-Unis. Il termine par le récent jumelage entre la ville de Bastogne et de Reims, cette dernière ayant vécu aussi des moments importants lors de la seconde guerre mondiale. La cérémonie se termine par le dépôt de fleurs furent déposées au centre du Mémorial.
Ensuite, un monument a été inauguré au Bois-Jacques. Dans ce bois, la compagnie E (Easy Compagny) de la 101ème Airborne est restée en position pendant près d’un mois. Ils avaient creusés des trous, appelé trous de souris ou Fox Hole en Anglais, afin de se protéger un maximum. Les Allemands étaient juste en face, dans le village de Foy, ils tenaient cette position avec détermination. Après de violents combats, il ne restait plus que trois maisons debout. Aujourd’hui encore, des traces de l’occupation du bois sont encore visibles. L’effectif de la compagnie comptait 240 hommes. 30 jours plus tard, ils sont repartis à 64…

Photographe et reportage Eric de Wallens ©

Mémorial Day 2015 à Neuville-en-Condroz

memorialday01

Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Chaque année à la même période, se déroule le Mémorial Day. De par le monde, des milliers d’américains se rassemblent dans les cimetières militaires US afin de participer à une cérémonie en l’honneur des soldats morts au combat et enterrés loin de chez eux. Dans notre beau Royaume de Belgique, nous avons trois « jardins de pierres », à Waregem, Henri-Chapelle et Neuville-en-Condroz.

memorialday02

La section du 4ème Génie //Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Il n’y a pas que des américains qui assistent à cette cérémonie, chez nous, comme partout, le publique est invité à se recueillir en compagnie d’anciens combattants US mais aussi Belges, comme le 4ème ou le 21ème Bataillon de Fusiliers. Il ne faut pas oublier non plus la présence de militaires d’active des deux pays, cette année, comme précédemment d’ ailleurs, un détachement du 4ème Génie d’Amay rehausse l’événement de sa présence à Neuville, mais aussi, dans l’après-midi, à Henri-Chapelle. Cette unité a le grand privilège de tirer deux salves d’honneur à la fin de la cérémonie, après le survol du cimetière par deux F-16 de notre composante aérienne.

memorialday04

Madame Denise Campbell Bauer, ambassadrice des USA. // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Comme dans toutes cérémonies militaires, il y a des discours et autres dépôts de fleurs. Cette année nous avons écoutés Mr Le surintendant du cimetière américain, Mr Michael Yasenchak, l’Aumonier militaire US, Mr Le Bourgmestre de Neupré, Monsieur Cortis, sans oublier Madame l’Ambassadrice des USA, Denise Campbell Bauer. Les enfants ne sont pas oubliés, cette année ce sont les élèves de l’école de Rotheux qui on eut l’honneur de chanter les hymnes nationaux Belge et Américain.

memorialday03

La délégation du 4ème et du 21ème bataillon de fusiliers. // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Tiens, mais pourquoi le Mémorial Days ? Voilà une bonne question : Les américains ont le culte des vétérans, des anciens combattants, des volontaires de guerre, ce n’est pas comme en Belgique. Dans notre pays certains  préfèrent les oublier. Cette tradition américaine remonte à la Guerre de Sécession, où, à cette époque, les tombes des soldats tués au combat étaient décorées de fleurs. Mais ce n’était pas suffisant, le  5 mai 1868, le Général John Alexander Logan en fait une journée particulière. Et le 30 mai de la même année, le Decoration Day, ancêtre du Memorial Day, sera célébré pour la première fois au cimetière d’Arlington. Ce n’est que quelques années plus tard, en 1882, que cette cérémonie sera connue sous le nom actuel et honorera tous les soldats tués lors des autres guerres aussi.

Reportage et photographe : Eric de Wallens ©

AG 2015 de la Royale UFAC

RUFAC01Le samedi 9 mai dernier ce fut le grand jour annuel pour la Royale Union des Fraternelles d’Anciens Combattants (RUFAC). En effet, les participants sont venus de tout le pays pour participer au 3ème congrès et Assemblée Générale. Le rendez-vous était donné au nouveau centre administratif de Tervueren, commune néerlandophone située en Brabant flamand à la périphérie de Bruxelles. Ce qui n’est pas toujours anodin dans notre pays. Il faut savoir que cette organisation regroupe des anciens combattants et volontaires de guerre des deux côtés de notre pays. La réunion passe d’une langue à l’autre et les participants se côtoient toute la journée sans aucun problème. Ces gens-là, Monsieur, ce sont battu pour un pays et pas pour un territoire coupé en deux par je ne sais quelle bêtise. J’ai trouvé cela « génial » à vivre.

RUFAC 2015

Monsieur Verhelst. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Le Président, Monsieur Gilbert Beeckmans déclare ouverte cette Assemblée Générale et comme dans toute AG il y a une liste de point à discuter. Mais avant cela, se passe l’instant de la minute du silence pour les membres décédés dans l’année. Ensuite, après un amusant problème de lumière s’éteignant toute seule… le centre est pourtant tout nouveau mais, sans doute, déjà hanté par quelques anciens voulant aussi manifester leur présence. Les divers points discutés furent, entre autres, l’approbation du procès-verbal, l’augmentation de la cotisation, qui restera finalement à 4€, mais aussi l’accueil des nouveaux Administrateurs.
Sans oublier un moment important pour l’un des membre, monsieur Jean Verhelst, 93 ans a été décoré de la médaille d’or de la RUFAC.

 

RUFAC 2015

A gauche sur la photo, monsieur Gilbert Beeckmans // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Un point important a été longuement discuté, celui de la connaissance ou de la reconnaissance de la RUFAC par le grand publique. C’est vrai que, à part les initiés, pas grand monde ne la connait. « Nous représentons ceux qui ne sont plus là »,  déclare le Président, qui rajoute « il ne faut pas oublier ce que nos parents et grands-parents ont vécu, nous sommes encore une mémoire parlé grâce à ce qu’ils nous ont racontés. Mais nos enfants… »  Non ! Essayons de passer quelque chose aux générations suivantes. Il faut que personne ne les oublies ! Monsieur Beeckmans termine son intervention par ces mots : « Essayons de passer quelque chose aux générations suivantes ! Faisons appel aux plus jeunes pour rejoindre les rangs de la RUFAC, même si beaucoup sont encore actif dans la vie. Un appel sera fait dans le prochain périodique Belgique d’Abord  »

RUFAC 2015

// Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Monsieur Roberti-Linterman, Président de la Fraternelle du 4 bataillon de fusiliers, prend la parole à son tour et propose de travailler aux côtés des enseignants, parler des Fraternelles afin de les faire connaître en allant dans les écoles. Mais il semble que cela pose un problème aux pouvoirs organisateurs et pour eux c’est tout simplement… Non. Les enseignants sont là pour en parler. Ah ! Bon ! Il y a encore des enseignants qui ont fait la guerre 40-45 ! Tiens à 90 ans ils enseignent encore ? Baliverne que tout cela, profitons de nos anciens, ils sont encore là, bon pied, bon œil et toujours prêt à parler, expliquer aux jeunes la vie entre 1939 et  1945.

« Les vieux soldats ne meurent jamais », disait Eisenhower.

Photographe et reportage. Eric de Wallens ©

Aiseau Médiéval

Légende d'Aiseau 1Dans le cadre de la fête du Castor qui se déroulera le week-end de l’Ascension, le Syndicat d’Initiative d’Aiseau-Presles, en collaboration avec « Les Castors CJJM », organise, le samedi 16 mai dans le site fabuleux de la Ferme des Castors, une grande manifestation touristique avec, la reconstitution de la « Légende d’Aiseau » et ses joutes médiévales. Des faits, à la fois historiques et légendaires qui ont opposé, au 14ème siècle (l’an 1326), les chevaliers de la « Terre d’Aiseau » opposés aux moines de l’abbaye d’Oignies.

« La Légende d’Aiseau »

Les Chevaliers siégeaient à Aiseau-centre, dans l’ancien château qui était érigé autrefois à l’endroit actuel de l’école communale d’Aiseau-Centre, d’ailleurs le proche d’entrée existe toujours aujourd’hui ainsi qu’une partie de l’enceinte.Le pacte scellé en 1326 entre chevaliers et moines rebelles aboutira malheureusement à la pendaison et au brûlage du Moine prieur Nicolas Charlier…Ce sont ces faits que les Castors vont reproduire dans une ambiance chevaleresque. C’est ainsi que des Chevaliers (reconstituants) des moines, vont s’affronter à nouveau dans une joute dynamique, marqué par des épisodes d’antan.

Tout le monde sera de la fête… Les tout-petits, les enfants, les jeunes, les parents, les grands-parents auront l’occasion de découvrir des animations appropriées dans la joie, l’humeur champêtre et le divertissement. Mais la part belle sera réservée, tout spécialement, aux enfants le samedi (à partir de 14h) avec la Kermesse des Castors : pêche aux canards, grimage, baptême à cheval, tour en calèche, go-karts et un tas d’autres stands donneront la gaieté, la bonne humeur aux enfants en quête de surprises et de sensations.
Tout est prévu, une terrasse avec petite restauration pour assouvir l’appétit féroce des enfants, et la buvette pour désaltérer la soif  de toute la famille.
Pour la kermesse des Castors, les enfants pourront retirer des bons gratuits (d’une valeur de 18 €.) ainsi que l’entrée gratuite à castorland (valeur 5 €.) soit à la Ferme des Castors, soit dans les écoles, associations et clubs de la région.

Rendez-vous donc, le samedi de l’Ascension à «  la Ferme des Castors » à Aiseau.

Pour tous les détails du programme du week-end de l’Ascension contactez l’asbl « Les castors CJJM » e-mail : info@castor.be  ou surfez sur www.castor.be ou par tél: 071/76.03.22  ** Fax : 071/76.19.26
Adresse : rue du Faubourg 16 à 6250 Aiseau (Hainaut)