Le rendez-vous Gallo-Romain de la Malagne

malagnejuillet01

La Malagne (c)

Une nouvelle fois, le public était au rendez-vous ! Malgré une météo plus que déplorable, pas moins de 700 personnes ont profité d’une éclaircie le dimanche pour participer à cet événement … Un succès magistral !

Le week-end des 25 et 26 juillet 2015, Malagne – Archéoparc de Rochefort organisait sa grande fête de l’été « Le Rendez-Vous Gallo-Romain »

Quelle ambiance et quel engouement ! Le passionné des activités d’antan a eu l’occasion de participer aux nombreux ateliers comme la fabrication de cervoise et du pain, le bas-fourneau et la forge ou encore la poterie, la corderie, la vannerie, les parfums et le filage. L’amateur de grand spectacle a été séduit par le tir à la baliste, les manœuvres de fantassins, les combats de gladiateurs, les joutes équestres et la démonstration d’archerie romaine suivie d’un concours de tir ouvert au public. Le visiteur en quête de découvertes a pu déguster tisanes et mets romains avant de suivre la visite guidée de la Villa et de ses jardins. Une chose est certaine : tout le monde y a trouvé son bonheur !

Deux nouveautés au programme constituaient bien évidemment les temps forts de ce week-end : l’attaque d’archerie sur une troupe d’auxiliaires, puissant et spectaculaire, et le marché aux esclaves, divertissant et humoristique. Malagne – Archéoparc de Rochefort vous donne à présent rendez-vous ce dimanche 27 septembre 2015 pour sa fête de l’Automne « De la cervoise et du pain » !

Communiqué Malagne. Archeoparc de Rochefort

Médecins du Monde à Calais avec les migrants

image001Des milliers de migrants tentent de pénétrer dans l’Eurotunnel. Une entreprise risquée : l’hôpital de terrain de Médecins du Monde basé dans le campement de migrants à Calais voit les besoins médicaux exploser.

Médecins du Monde désemparée face au nombre grandissant de migrants gravement blessés.

La situation s’est considérablement dégradée. Hier, la moitié de nos patients étaient gravement blessés suite à des chutes de trains ou de camions”, explique Chloé Lorieux, qui travaille pour la branche calaisienne de Médecins du Monde.

L’hôpital de terrain, une simple construction en bois où se relaient infirmiers et médecins  reçoit environ 90 personnes par jour. Il y a encore deux semaines, il en recevait 60 par jour. Le Docteur Jean-François Corty, directeur des opérations-France, expliquait mercredi dernier que la situation est devenue intenable : « L’année dernière, il y a eu une quinzaine de morts autour de Calais. Cette année, depuis le début du mois de juin, on en est déjà à dix morts. Il s’agit de personnes jeunes qui ne devraient pas mourir, aujourd’hui, chez nous, dans ces conditions. C’est particulièrement choquant car ces morts sont évitables. Mais la réponse des autorités ne va pas dans ce sens. »

fpauwelscalais8 02

Frédéric Pauwels (c)

La vie dans le camp est extrême. Alors que 3000 migrants s’y entassent, des repas ne sont prévus que pour 1000 à 1500 personnes. L’infirmerie officielle n’est ouverte que 2 heures par jour, où une seule infirmière est censée s’occuper de 3000 personnes.

Pour pallier l’absence de réponses des autorités, Médecins du Monde a mis en place un programme d’urgence. Un poste de santé a été monté dans le camps, avec médecins, psychologues, traducteurs, médiateurs… au total, une équipe de 25 personnes. « En fait, nous faisons ce qu’on sait faire à l’international. Distribution d’eau, installation de latrines… Tout le dispositif est standardisé, expérimenté par l’Organisation Mondiale de la Santé et le Haut Commissariat aux Réfugiés, et même pas respecté en France alors qu’il s’agit juste de faire en sorte que ces gens puissent répondre à leurs besoins vitaux,» déplore le Dr. Corty.

fpauwelscalais 01

Frédéric Pauwels (c)

Les personnes sont avant tout confrontées aux maladies de la grande précarité : gale, infections respiratoires, problèmes dermatologiques. Sans compter les nombreuses plaies ouvertes et fractures dues aux tentatives de grimper dans les camions. Les problèmes psychologiques sont aussi conséquents. « Ce sont des personnes jeunes, qui ont souffert des bombes, du désert et sont maintenant impactés par les modalités d’accueil. Ce n’est pas de la bobologie », insiste Jean-François Corty.

Le réseau international de Médecins du Monde appelle les autorités françaises à travailler urgemment à des solutions structurelles. « On n’est pas au milieu du désert à essayer de parquer des gens sous des tentes parce qu’on ne peut pas faire autre chose. Nous avons les moyens de faire autrement. Il ne s’agit pas simplement de boucher la frontière à Vintimille en espérant baisser le flux de migrants. Dans l’un des pays les plus riches de la planète, on ne peut pas laisser les gens survivre dans des conditions indignes : les droits fondamentaux d’accès à l’eau, à la nourriture, à la vie en famille, à un toit et aux droits sociaux doivent être assurés »

 

 

 

Le Fiff a besoin de votre photo !

yolandemoreaucopyright fiff

Yolande Moreau (c) Fiff

Le 30ème Festival  International du Film Francophone de Namur a besoin de votre photo. Pour cela il lance un appel à photos: portraits de famille !
« Envoyez-nous vos photos avant le 15 septembre ou passez vous faire photographier dans nos bureaux namurois ! Intégrez la grande mosaïque de photos qui sera disposée au sol pendant le FIFF. Qui sait, peut-être figurerez-vous aux côtés de Yolande Moreau?  »

Plus d’infos.

Préjudice ouvre le 30ème FIFF

LOGO FIFF 2015 450Le Festival International du Film Francophone de Namur fête … ses 30 ans ! Déjà ! Devenu aujourd’hui le rendez-vous incontournable du cinéma francophone, le FIFF accueille désormais des centaines de professionnels venus du monde entier autour d’ateliers, de colloques et de rencontres. Parallèlement, grâce à son FIFF pass, Namur s’est rapproché de son public en lui offrant la possibilité de découvrir à un prix démocratique une cinématographie riche et variée une semaine durant.

Chaque année, le Festival de Namur présente une centaine de films issus des quatre coins de l’espace francophone. Le monde de la Francophonie regroupe aujourd’hui 80 états ou gouvernements dont la France, le Québec, la Roumanie, le Maroc, la Tunisie, la Suisse, le Liban, le Cambodge, le Vietnam, le Laos, le Mali, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, Haïti, la Belgique et bien d’autres encore,soit plus de 900 millions d’hommes et de femmes ayant en partage la langue française et les valeurs universelles !
Cette 30ème édition-anniversaire du FIFF se déroulera du 2 au 9 octobre prochain dans la ville de Namur dont le cœur battra une semaine entière au rythme et aux couleurs du festival.

prejudice copyright ricardo vaz palma

Antoine Cuypers diregeant Arno Hintjens (c) Ricardo Vaz Palma

Au fil des ans, le FIFF a découvert nombre de jeunes cinéastes et comédiens en leur offrant une place de choix dans sa programmation ou ses ateliers, une sélection qui s’est très souvent révélée un véritable tremplin. Nombreux sont aujourd’hui les films qui ont vu le jour grâce au FIFF, lieu de rencontre, d’échanges et de partage d’idées entre professionnels d’horizons variés.
C’est cette dynamique que le festival a souhaité mettre en avant pour son édition-anniversaire en accueillant en ouverture le premier long métrage du jeune cinéaste belge Antoine Cuypers, PREJUDICE qui réunit, dans les rôles principaux, Nathalie Baye, Arno Hintjens, Thomas Blanchard, Ariane Labed, Eric Caravaca, Cathy Min-jung, Arthur Bols et Julien Baumgartner.

prejudice copyright cineart

De gauche à droite, Arno Hintjens, Nathalie Baye et Ariane Labed (c) Cinéart

Lors d’un repas de famille, Cédric, la trentaine, vivant toujours chez ses parents, apprend que sa sœur attend un enfant. Alors que tout le monde se réjouit de cette nouvelle, elle provoque chez lui un ressentiment qui va se transformer en fureur. Il tente alors d’établir, aux yeux des autres, le préjudice dont il se sent victime depuis toujours. Entre non-dits et paranoïa, révolte et faux-semblants, jusqu’où une famille peut-elle aller pour préserver son équilibre ?
Coproduction entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, PREJUDICE est produit par Benoît Roland (Wrong Men) avec Bernard Michaux (Lucil Film) et Sander Verdonk (CTM Pictures), et bénéficie du soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Filmfund Luxembourg et du Nederlands Film Fonds, en coproduction avec Proximus et Mollywood SA. Le réalisateur Antoine Cuypers a également co-écrit le scénario avec Antoine Wauters tandis que la photo est signée Frédéric Noirhomme. Le film sera distribué en Belgique par Cinéart. Les ventes internationales sont assurées par Les Films du Losange.

Membre du Jury Cantillon (le jury des jeunes qui décerne le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre) au FIFF en 2002, Antoine Cuypers est ensuite revenu encadrer ce même jury pendant deux éditions. En 2012, il est de retour à Namur avec son court métrage A NEW OLD STORY qui remporte le Prix du meilleur court métrage de la compétition nationale (avant d’être nommé au Magritte du meilleur court métrage !). La même année, Antoine Cuypers participe au FIFF au suivi de l’atelier de scénarisation Grand Nord pour son projet de long métrage… PREJUDICE ! Un projet devenu réalité puisque Antoine Cuypers vient d’en terminer la réalisation. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté que le FIFF présentera PREJUDICE en gala d’ouverture le vendredi 2 octobre en présence de l’équipe du film. Et cette fois, Antoine Cuypers passe de juré à candidat puisque son film entre en lice pour le Bayard d’or de la Meilleure première œuvre !

 

Pour en savoir plus : www.fiff.be

Communiqué Fiff.