Nouveau type de fraude – PAYSAFECARDS

logo_PolitieA la requête du parquet du Hainaut, division Charleroi, la police demande de diffuser l’avis de recherche suivant : Les services de police tiennent à mettre la population en garde d’un nouveau type de fraude.
Des victimes, souvent des dames isolées et âgées de plus de 55 ans, sont harcelées téléphoniquement par des appels en provenance de pays étrangers.

A chaque appel décroché, l’interlocuteur raccroche sans parler.
Les appels proviennent principalement des pays du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Europe de l’est et même des Etats-Unis.

Après cette période de harcèlement, un prétendu juge ou avocat appelle la victime et lui signale qu’un procès, intenté par l’Etat belge, a été gagné au profit d’un ensemble de victimes de faits d’harcèlement. A ce titre, la victime aurait droit à un dédommagement financier plus ou moins conséquent.

L’arnaque consiste à faire acheter aux victimes des PAYSAFECARDS (cartes de réserve d’argent) pour plusieurs centaines d’euros et les faire débloquer par des codes bancaires. Cet argent servirait soi-disant à faire face aux frais.
L’argent, ainsi débloqué, crédite un compte que les malfrats ont préalablement communiqué.
Et la victime, quant à elle, ne touche jamais le dédommagement financier promis.

Il est demandé aux personnes de ne pas accéder à cette demande et surtout de ne pas acheter ces cartes PAYSAFECARDS.

Si vous avez été victime d’une telle arnaque ou si vous possédez des informations sur ces faits, veuillez prendre contact avec les enquêteurs via le numéro de téléphone gratuit 0800 30 300.

Les témoignages peuvent aussi parvenir via avisderecherche@police.belgium.eu

 

Belga

 

Les attentats de Paris, l’enquête

.beDès la nuit et le jour qui ont suivi les attentats de Paris, le parquet fédéral a reçu 4 demandes d’entraide judiciaire urgentes émanant du parquet de Paris.

Dans le même temps, le parquet fédéral a ouvert sa propre enquête et un juge d’instruction spécialisé en matière de terrorisme a été saisi. Une Equipe Commune d’Enquête (JIT – Joint Investigation Team) a été créée afin de permettre une collaboration policière et judiciaire aisée et intensive, de part et d’autre des frontières belges et françaises.

Lors des attentats de Paris, les auteurs ont e. a. utilisé 3 véhicules munis de plaques d’immatriculation belges (VW Polo, Seat Leon et Renault Clio) qui avaient été loués le 9 novembre par Brahim Abdeslam, qui est mort dans les attentats, et par son frère Salah Abdeslam, deux ressortissants français résidant à Molenbeek. Salah Abdeslam a été contrôlé à Cambrai, quelques heures après les faits, aux alentours de 9h10, sur l’autoroute en direction de Bruxelles. Il était à bord d’un véhicule de marque VW Golf en compagnie de deux autres personnes. L’enquête menée en Belgique sur ce véhicule a permis l’arrestation le dimanche 15 novembre de Mohammed AMRI, propriétaire de la VW Golf et de Hamza ATTOU, le passager. Le maintien en détention des deux intéressés a entre-temps été confirmé par la chambre du conseil de Bruxelles en date du 20 novembre. Ils sont inculpés de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes.

Salah Abdeslam semble ensuite avoir été emmené à bord d’un véhicule conduit par une autre personne. Les suites d’enquête ont permis de remonter jusqu’à Ali O., un ressortissant français de 31 ans résidant à Molenbeek. Cette personne a été interpellée lors de l’opération menée dans la soirée du dimanche 22 novembre dernier. Il a été placé sous mandat d’arrêt le 23 novembre par le magistrat instructeur et inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes. Il comparaîtra le vendredi 27 novembre devant la chambre du conseil de Bruxelles en vue de la confirmation éventuelle de son maintien en détention. L’instruction a également permis l’interpellation du nommé Lazez A., un ressortissant marocain de 39 ans résidant à Jette. Il a été placé sous mandat d’arrêt le 20 novembre par le magistrat instructeur et inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes. Il comparaîtra demain matin devant la chambre du conseil de Bruxelles en vue de la confirmation éventuelle de son maintien en détention. Deux armes de poing ont été découvertes dans son véhicule ainsi que des traces de sang. Deux jours avant les attentats de Paris, soit le 11 novembre vers 19.00 heures, Salah Abdeslam a été filmé dans la station-service de Ressons (sur l’autoroute en direction de Paris), en compagnie d’une personne identifiée comme étant Mohamed ABRINI, né le 27 décembre 1984. Ce dernier était au volant de la Renault Clio qui servira à commettre des attentats deux jours plus tard.

Le juge d’instruction a émis un mandat d’arrêt international et européen à charge de Mohamed ABRINI. Il est activement recherché par les services de police belges et français. Un appel à témoins sera diffusé (www.police.be et www.politie.be). En ce qui concerne les 3 personnes encore privées de liberté depuis l’opération de lundi matin, le magistrat instructeur spécialisé en matière de terrorisme a décidé ce 24 novembre de placer un individu sous mandat d’arrêt du chef de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’assassinats terroristes. Les deux autres personnes ont été remises en liberté. Au total, 5 personnes ont été placées en détention préventive au cours de cette semaine dans le cadre de l’enquête menée en Belgique depuis les attentats de Paris.

Communiqué de presse du Parquet fédéral

 

Belga

Belgique. Les mesures de sécurité prolongées jusqu’au lundi 30 novembre

.beAprès une actualisation de l’analyse de la menace par l’OCAM et une réunion du Conseil National de Sécurité, il a été décidé de maintenir les mesures de sécurité jusqu’au lundi 30 novembre inclus.

Le niveau 4 de la menace fixé pour la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que le niveau 3 pour le reste du pays restent d’application. Pour les lieux à forte concentration de personnes (tels que les centres commerciaux, transports publics et événements), la vigilance reste de mise.

Situation dans la Région de Bruxelles-Capitale Jusqu’au lundi 30 novembre inclus : •Il a été demandé aux autorités administratives des 19 communes de veiller à une réduction des grands événements sur leur territoire A partir du mercredi 25 novembre : •Les crèches et écoles (maternelles, écoles primaires, écoles secondaires, hautes écoles et universités) ouvrent à nouveau leurs portes •Pré-métro et métro reprennent progressivement leur circulation •Les services de police renforceront à cet égard sensiblement leur sécurité. Cette menace est prise au sérieux par les autorités et les services de sécurité qui suivent la situation en continu. Les services de police, appuyé par la Défense, poursuivent une vigilance accrue pour la sécurité de la population. Une nouvelle évaluation de l’OCAM est prévue pour le lundi 30 novembre. Le numéro d’information 1771 est disponible entre 8h et 20h.

 

Belga

Belgique, cinq perquisitions

.beDans le cadre de l’opération menée hier soir, cinq perquisitions supplémentaires ont été effectuées ce matin en Région bruxelloise et deux en région liégeoise.

Cinq personnes ont été privées de liberté lors de ces perquisitions. Au total, 21 personnes ont donc été privées de liberté depuis hier et sont actuellement entendues par les services de police. Une somme de € 26.000 a été saisie lors d’une perquisition exécutée hier soir. Les objets emportés lors des différentes perquisitions sont en cours d’exploitation. A l’occasion d’un contrôle de police effectué hier soir en région liégeoise, un véhicule de marque BMW a pris la fuite. Ce véhicule a été identifié et les suites d’enquête ont démontré qu’il n’était aucunement lié à l’opération en cours.

Communiqué de presse du Parquet fédéral
Belga

Belgique Niveau d’alerte 4

.beSuites des attentats à Paris – Menace imminente en Région bruxelloise –  Mesures de sécurité spécifiques

Suite à une nouvelle évaluation de l’OCAM établissant un niveau 4 d’alerte terroriste pour la Région de Bruxelles-Capitale et une réunion de coordination qui s’est tenue au Centre de crise, une approche en trois axes a été proposée :

– Diminution du nombre de grands événements  – Recommandation par rapport au transport et plus particulièrement le métro – Augmentation de la capacité policière et militaire

En plus des mesures déjà mises en place, des mesures spécifiques ont été recommandées sur base de ces trois axes. L’objectif est de veiller à la sécurité de la population. – Recommander aux autorités administratives des 19 communes d’envisager l’annulation des grands événements sur le territoire de leur commune ;  -Organiser une communication ciblée à la population visant à éviter les lieux de grande concentration de personnes et plus particulièrement en Région de Bruxelles-Capitale  – Recommander la suppression des matchs de football de 1ère et 2ème division de ce weekend ;
– Recommander au gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d’envisager d’interrompre la circulation du métro sur l’ensemble du réseau pour la période de samedi 21/11 à dimanche 22/11 ; Les stations de métro sont fermées !
– Renforcer le dispositif policier et militaire.

Belga

11 novembre 2015. A la recherche de l’Adjudant Bourgeois du 19ème BCP

adj Bourgeois0000

L’Adjudant Bourgeois. (c) Famille Bourgeois et Leroy

En ce 11 novembre 2015, un peu partout en Belgique, comme en France et au Royaume uni, plusieurs cérémonies sont organisées en présence d’autorités civiles et militaires. La majorité des reportages et autres articles de presse vont relater ces événements en ayant une pensée pour les anciens combattants qui ont participé à cette grande boucherie qu’a été la première guerre mondiale. Pour tous ces jeunes gens cela devait être la « der des der », c’était sans compter sur une bande d’idiots qui n’avaient pas digéré la victoire des Alliés et le Traité de Versailles. La seconde guerre mondiale couvait déjà…
En parlant de « pensée pour les combattants de 1914 – 1918 », un nom me revient en mémoire, celui de l’Adjudant Bourgeois du 19ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Cette unité française est venue, à cette époque, combattre dans notre beau Royaume. Depuis un an, je passe beaucoup de temps avec cet Adjudant, voici pourquoi :

_DSC2022(c)Eric de Wallens

Le monument Commonwealth érigé au sommet de la côte 60. // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Le carnet de marche du 19ème BCP nous apprend qu’il est arrivé en Belgique par Adinkerke le 22 octobre 1914 : « – Ypres est abordée en pleine nuit. Les habitants ont fui sous le premier bombardement, la ville est complètement déserte, le quartier de la gare brûle, des lueurs d’incendies inondent le ciel jusqu’aux abords de la cathédrale, au-dessus de nos têtes sifflent, en passant, les obus ». Ainsi vue, avec ses halles sinistrement éclairées, la célèbre place d’Ypres revêt, dans cette nuit d’horreur, un aspect d’une grandeur tragique et impressionnante, que n’ont jamais pu oublier ceux qui en furent les témoins. Au grand jour seulement le 19ème BCP atteint Kruisstraathoek. Il y prend quelques heures de repos, puis, à midi, se remet en route, par Dickebusch, pour Mille-Kruis, il y passera la nuit du 9 au 10 novembre 1914.

Quelques pages plus loin, nous lisons ceci : « L’offensive ennemie du 10 novembre avait rejeté tous nos éléments de la rive droite, nous recevons mission de nous y rétablir, et, quand nous quitterons Steenstraat, le 29, la tête de pont face à Bixschoot sera reconstituée, avec quatre compagnies sur la rive droite. A cette époque toute la 42ème D.I. se porte vers Ypres, le 19ème BCP marchant par Elverdinghe, Poperinghe, puis Vlamertinghe.

_DSC2082(c)Eric de Wallens

Ce qui reste du bunker de la côte 60, quelques blocs de béton. // Eric de Wallens (c) www.objectifmag.be

Zillebeke – Dans les premiers jours de décembre, elle est en avant de Zillebeke, entre la route de Menin et celle d’Armentières. Vie de secteur active, pénible, sans repos, avec des tranchées encore rudimentaires, profondes en première ligne, mais sans boyaux, sans abris, et de l’eau partout. Le bataillon est d’abord dans les bois à l’est de Est de Zillebeke (Butte aux Anglais), les opérations s’y multiplient, visant principalement le fortin de la côte 60. Au cours de l’une d’elles, le 17 décembre, l’héroïque adjudant Bourgeois, de la 1ère compagnie, illustre glorieusement la belle devise du bataillon : il enlève sa section à l’assaut au cri de « En avant toujours ». Il tombera aussitôt, mortellement frappé, et il achèvera le « Repos ailleurs ».

_DSC1905(c)Eric de Wallens

La ferme aujourd’hui. // Eric de Wallens (c) www.objectifmag.be

A cette époque, les français avaient ouvert un hôpital militaire dans la ferme Quaghebeur, du nom du fermier, à quelques kilomètres de là, à Poperinghe. Connut aujourd’hui sous le nom de Lijssenthoek Military Cemetery. En effet après la France, cet hôpital fût agrandi par les Anglais. Il y a eu plus de 4000 lits. Un cimetière militaire fût ouvert devant la ferme où furent enterrés 10.784 militaires de 30 nationalités. C’est à cet endroit que l’Adjudant Bourgeois a été évacué et y est mort quelques jours plus tard. Ensuite…. son corps a disparu. Impossible de le retrouver.

_DSC1931(c)Eric de Wallens

Le cimetière avec à l’arrière plan, la ferme. // Eric de Wallens(c) www.objectifmag.be

Avant d’aller plus loin, voilà comment j’ai fait sa connaissance : Depuis 1986, ma femme et moi, nous parcourions les champs de bataille de la première guerre mondiale, aussi bien en France qu’en Belgique. Nous cherchions les traces et les vestiges de la première guerre afin de les photographier. Nous avons montés plusieurs expositions en France, ainsi qu’une conférence. Pour en savoir plus, nous avons fait beaucoup de recherches, posé des questions, développé une bibliothèque personnelle afin de nous documenter et de connaitre « le comment du pourquoi ». En 2014, j’ai exposé des photos aux cimaises du Musée Européen de la Bière de Stenay (France). Pendant cette expo, j’ai reçu un message de la petite fille de l’Adjudant Bourgeois, Dominique. Elle voulait me rencontrer afin de voir mes photos. Rendez-vous fût pris, et dans la conversation elle m’a expliqué son désir de retrouver son grand-père. Je lui ai proposé de l’aider dans ses recherches. Cela allait être passionnant, malgré le tragique de l’histoire…

DSCN1800(c) Famille Leroy

Le nom de l’Adjudant Bourgeois sur le monument aux morts de la Ville de Verdun. (c) Famille Leroy

_DSC8346

Dominque devant la tombe du clairon du 19ème BCP, Georges Blangy, mort le 19/11/1914. Un mois avant l’Adjudant. Il est enterré au Lijsenthoek. Elle avait souvent entendu parlé de lui par sa grand-mère. // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Revenons à Poperinghe, Léonce Bourgeois vient de mourir dans son lit d’hôpital, j’ai vu son acte de décès. Et comme je le disais il n’a semble-t-il jamais été enterré dans ce cimetière. Mes recherches commencent. Il y a déjà une erreur entre le carnet de marche et sa fiche militaire. Dans le premier document il a été blessé le 17 décembre et sur le deuxième il est mort le 15 pour la France à Ypres ? Bon. C’est la guerre, il y a sans doute l’une ou l’autre erreur de transmission d’infos. Je sais aussi que sa femme et sa fille ont cherché à savoir ou était l’Adjudant, mais elles n’ont jamais eu de réponses. Dominique m’a donné quelques copies de documents qui m’ont appris sa naissance le 9 octobre 1881 à Rémy en France et qu’il vivait avec sa femme à Verdun, ville de garnison.
Il faut donc fermer toutes les portes, je contacte un maximum d’administrations françaises et belges ainsi que le service des sépultures, de diverses communes dans la région d’Ypres. Sans oublier Verdun. Dominique et sa famille continue également de leurs côtés et se rendent à Rémy. Mais toujours rien. Je vais aussi sur le terrain, je suis la route de l’Adjudant Bourgeois : la butte aux Anglais, la côte 60 et le Lijsenthoek. Je visite tous les cimetières français et les quelques cimetières du Commonwealth de la région où sont enterrés quelques français. Et comme il peut y avoir une erreur dans les livres reprenant les morts de ces lieux, je passe en revue, une par une, des milliers de tombes. Mais toujours sans succès… Mais où est l’Adjudant Bourgeois ? Et il n’est pas le seul de cette unité qui soit mort lors de cet assaut. Je sais que c’est la guerre, mais je me dis aussi qu’il y a une administration qui fonctionne. Bouger un corps, l’enterrer, ou le rendre à sa famille, comme cela est arrivé souvent, ne se fait pas sans document !

Je termine cet article par la visite de Dominique et sa petite famille sur les traces de son grand-père. En effet, il y a quelques jours, nous avons passé une journée pleine d’émotions sur la route empruntée par le 19 ème BCP et son illustre sous-officier. A ce jour je ne sais toujours pas où est l’Adjudant Léonce Bourgeois, matricule 264 du 19ème BCP.

Source historique du 19ème BCP : Service historique de la Défense (France)
Crédit illustration: Famille Bourgeois et Leroy
Reportages et photographe Eric de Wallens (c)

Comedia 77 les Cons Voyeurs

DP COQUINERE Les Cons Voyeurs_Page_8Coquins du monde entier, tenez-vous la main ou plus si affinités! Cette saison, les Coquineries de Comedia vous emmènent voir ailleurs si on y est …. Aussi sensuel, dans un grand orgasme théâtral autour de la terre.
Ne dit-on pas que les voyages forment la jeune fesse ??
Pour oublier le saut d’index, venez aventurer les vôtres sous des jupons littéraires et musicaux en compagnie de nos Cons Voyeurs !

Soirées coquines à thème
Un concept inédit en région francophone !
Les Coquineries de Comedia sont des soirées coquines à thèmes proposées par des artistes chevronnés. Le succès croissant de ces soirées est dû à plusieurs facteurs :

L’originalité du concept :
A chaque soirée, à côté du sexe et de l’amour, vient s’ajouter un autre thème (le monde médical, les fêtes de fin d’année, la St Valentin, les vacances…). Les spectateurs fidèles savent qu’à chaque spectacle, ils verront du neuf.

La qualité du travail :
Chaque soirée fait l’objet d’une mise en scène léchée et les artistes sont des habitués des planches.

La diversité des arts abordés :
C’est un point particulièrement apprécié du public. Chants, sketches, textes, poèmes, BD, concours, vidéos… Les spectateurs passent d’un art à l’autre. Nous leur offrons un voyage dans la gamme des émotions: rire, tristesse, tendresse, révolte… sans jamais visiter la vulgarité.

La configuration des lieux :
Un bar et une scène proche des spectateurs font des Coquineries un événement chaleureux

Pour en savoir plus: www.comedia-77.be

Intervention Léopold I : Suspects arrêtés

léopol I

Service de presse de la Défense (c)

La frégate Léopold I est entrée ce vendredi 6 novembre dans le port d’Augusta en Sicile avec les 258 migrants secourus la veille d’un bateau de pêche en détresse en Mer Méditerranée. Trois des quatre personnes, ayant été identifiées comme suspectes par le Léopold I, furent en effet arrêtées par les autorités italiennes à leur arrivée.

Ceci a pu être réalisé grâce à la vigilance des équipes belges lors de la récolte et recoupe d’informations provenant des observations à distance, de l’inspection de l’embarcation suspecte et des questionnements individuels au fil de l’intervention menée par la frégate. La quatrième personne suspecte, plus que probablement mineure, reste sous surveillance.

Communiqué: Service de presse de la Défense

Faut retrouver St. Nicolas

Saint-Nicolas Castor

les castors(c)

A la recherche de Saint-Nicolas. Enigme à résoudre. Si Saint-Nicolas est habillé avec une grande robe en coton blanc, une longue cape rouge et des gants blancs, La mitre, la crosse, l’étole, la bague, etc… tout à disparu ! Même Père Fouettard, qui est chargé de sermonner les enfants, qui n’ont pas été sages, disparu aussi. Et l’âne, mais où est passé  l’âne ?

Les enfants et leurs parents vont devoir trouver plusieurs indices et mener l’enquête pour retrouver tous les accessoires, l’âne et Père fouettard pour permettre à Saint-Nicolas de poursuivre sa tournée. Différentes épreuves amusantes, dans tout castorland, seront à relever pour gagner les faveurs de Saint-Nicolas.

C’est l’occasion pour les Castors d’inviter tous les petits, les grands et les parents (en famille) au village de Saint-Nicolas, le samedi 5 décembre à la Ferme des Castors pour participer à cette intrigue énigmatique.

Un village de Saint-Nicolas pour s’amuser avec au programme: de 11h. à 18h. : Grande kermesse des enfants, avec des tas de jeux, l’atelier de Saint-Nicolas, bricolage, grimage, baptême à cheval, cuisine rigolote, mini-fermier, activités nature, danse, avec la collaboration des Super-Monos Castors.

Dîner avec Saint-Nicolas. De nombreux rendez-vous avec Saint Nicolas et père fouettard seront organisés pour les enfants sages et un peu difficiles (possibilité de faire des photos souvenir).

dès 12h30 : dîner de Saint-Nicolas avec apparition du Saint-Père et distribution de friandises.

Un Marché de Noël ! De plus, un tas de stands seront ouverts avec des artisans locaux, et produits du terroir. Les parents pourront sillonner les allées du Village de Saint-Nicolas et la partie Marché de Noël et gouter quelques saveurs et spécialités de la région.
Pour en savoir plus: www.castor.be