Décès de Paul Philippot

Paul Philippot 1960 ICCROM

Paul Philippot dans les années 60 (© ICCROM)

L’une des dernières grandes figures belges de l’Histoire de l’Art et de la conservation-restauration est décédée le 15 janvier dernier dans l’indifférence médiatique générale. A peine l’information a-t-elle percé sur les réseaux. Consternant ! La Belgique n’a jamais su reconnaître ses véritables talents, mais nous touchons ici le fond.Outre sa stature locale, Paul Philippot était une figure internationale majeure de la conservation-restauration au XXe siècle. C’est à lui, entre autres, que tous les restaurateurs du monde doivent la règle de base de toute intervention : stabilité, lisibilité et réversibilité.

Né le 8 février 1925, il est Docteur en Droit et en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université Libre de Bruxelles où il a principalement enseigné de 1955 à 1995. Il étudie également à Rome à l’Istituto Centrale per il Restauro avec Cesare Brandi, dont il était un ami. Sa carrière l’a conduit à l’Institut Royal du Patrimoine Artistique, au Musée du Louvre, puis à l’ICCROM (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels, Rome) dont il fut le Directeur adjoint de 1959 à 1971, avant d’en devenir Directeur général de 1971 à 1977, au départ à la retraite d’Harold Plenderleith (1898-1997), autre géant de la discipline.

Il a continué jusque dans ces dernières années à être consulté ou à collaborer à différents travaux. Sa longue bibliographie, consultable sur le site de l’Association du Patrimoine Artistique, permet de comprendre la richesse de sa pensée et l’étendue de ses compétences. Une biographie très complète se trouve sur le même site, ainsi qu’un très bel hommage que lui rend également l’ICCROM, dont il a été l’un des fondateurs.

Ses articles les plus marquants ont été réunis par Catheline Périer-d’Ieteren, en collaboration avec Brigitte D’Hainaut-Zveny en 1990 dans : Pénétrer l’art. Restaurer l’œuvre. Une vision humaniste.

Enfin, CEROART a publié en 2010 une intéressante interview qui peut être lue comme un dernier message aux générations qui le suivent.

Un registre de condoléances et d’hommages est ouvert sur internet.

Gérard de Wallens

 

 

Comedia 77 les Cons Voyeurs

DP COQUINERE Les Cons Voyeurs_Page_8Coquins du monde entier, tenez-vous la main ou plus si affinités! Cette saison, les Coquineries de Comedia vous emmènent voir ailleurs si on y est …. Aussi sensuel, dans un grand orgasme théâtral autour de la terre.
Ne dit-on pas que les voyages forment la jeune fesse ??
Pour oublier le saut d’index, venez aventurer les vôtres sous des jupons littéraires et musicaux en compagnie de nos Cons Voyeurs !

Soirées coquines à thème
Un concept inédit en région francophone !
Les Coquineries de Comedia sont des soirées coquines à thèmes proposées par des artistes chevronnés. Le succès croissant de ces soirées est dû à plusieurs facteurs :

L’originalité du concept :
A chaque soirée, à côté du sexe et de l’amour, vient s’ajouter un autre thème (le monde médical, les fêtes de fin d’année, la St Valentin, les vacances…). Les spectateurs fidèles savent qu’à chaque spectacle, ils verront du neuf.

La qualité du travail :
Chaque soirée fait l’objet d’une mise en scène léchée et les artistes sont des habitués des planches.

La diversité des arts abordés :
C’est un point particulièrement apprécié du public. Chants, sketches, textes, poèmes, BD, concours, vidéos… Les spectateurs passent d’un art à l’autre. Nous leur offrons un voyage dans la gamme des émotions: rire, tristesse, tendresse, révolte… sans jamais visiter la vulgarité.

La configuration des lieux :
Un bar et une scène proche des spectateurs font des Coquineries un événement chaleureux

Pour en savoir plus: www.comedia-77.be

Le Fiff a besoin de votre photo !

yolandemoreaucopyright fiff

Yolande Moreau (c) Fiff

Le 30ème Festival  International du Film Francophone de Namur a besoin de votre photo. Pour cela il lance un appel à photos: portraits de famille !
« Envoyez-nous vos photos avant le 15 septembre ou passez vous faire photographier dans nos bureaux namurois ! Intégrez la grande mosaïque de photos qui sera disposée au sol pendant le FIFF. Qui sait, peut-être figurerez-vous aux côtés de Yolande Moreau?  »

Plus d’infos.

Préjudice ouvre le 30ème FIFF

LOGO FIFF 2015 450Le Festival International du Film Francophone de Namur fête … ses 30 ans ! Déjà ! Devenu aujourd’hui le rendez-vous incontournable du cinéma francophone, le FIFF accueille désormais des centaines de professionnels venus du monde entier autour d’ateliers, de colloques et de rencontres. Parallèlement, grâce à son FIFF pass, Namur s’est rapproché de son public en lui offrant la possibilité de découvrir à un prix démocratique une cinématographie riche et variée une semaine durant.

Chaque année, le Festival de Namur présente une centaine de films issus des quatre coins de l’espace francophone. Le monde de la Francophonie regroupe aujourd’hui 80 états ou gouvernements dont la France, le Québec, la Roumanie, le Maroc, la Tunisie, la Suisse, le Liban, le Cambodge, le Vietnam, le Laos, le Mali, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, Haïti, la Belgique et bien d’autres encore,soit plus de 900 millions d’hommes et de femmes ayant en partage la langue française et les valeurs universelles !
Cette 30ème édition-anniversaire du FIFF se déroulera du 2 au 9 octobre prochain dans la ville de Namur dont le cœur battra une semaine entière au rythme et aux couleurs du festival.

prejudice copyright ricardo vaz palma

Antoine Cuypers diregeant Arno Hintjens (c) Ricardo Vaz Palma

Au fil des ans, le FIFF a découvert nombre de jeunes cinéastes et comédiens en leur offrant une place de choix dans sa programmation ou ses ateliers, une sélection qui s’est très souvent révélée un véritable tremplin. Nombreux sont aujourd’hui les films qui ont vu le jour grâce au FIFF, lieu de rencontre, d’échanges et de partage d’idées entre professionnels d’horizons variés.
C’est cette dynamique que le festival a souhaité mettre en avant pour son édition-anniversaire en accueillant en ouverture le premier long métrage du jeune cinéaste belge Antoine Cuypers, PREJUDICE qui réunit, dans les rôles principaux, Nathalie Baye, Arno Hintjens, Thomas Blanchard, Ariane Labed, Eric Caravaca, Cathy Min-jung, Arthur Bols et Julien Baumgartner.

prejudice copyright cineart

De gauche à droite, Arno Hintjens, Nathalie Baye et Ariane Labed (c) Cinéart

Lors d’un repas de famille, Cédric, la trentaine, vivant toujours chez ses parents, apprend que sa sœur attend un enfant. Alors que tout le monde se réjouit de cette nouvelle, elle provoque chez lui un ressentiment qui va se transformer en fureur. Il tente alors d’établir, aux yeux des autres, le préjudice dont il se sent victime depuis toujours. Entre non-dits et paranoïa, révolte et faux-semblants, jusqu’où une famille peut-elle aller pour préserver son équilibre ?
Coproduction entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, PREJUDICE est produit par Benoît Roland (Wrong Men) avec Bernard Michaux (Lucil Film) et Sander Verdonk (CTM Pictures), et bénéficie du soutien du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Filmfund Luxembourg et du Nederlands Film Fonds, en coproduction avec Proximus et Mollywood SA. Le réalisateur Antoine Cuypers a également co-écrit le scénario avec Antoine Wauters tandis que la photo est signée Frédéric Noirhomme. Le film sera distribué en Belgique par Cinéart. Les ventes internationales sont assurées par Les Films du Losange.

Membre du Jury Cantillon (le jury des jeunes qui décerne le Bayard d’Or de la Meilleure première œuvre) au FIFF en 2002, Antoine Cuypers est ensuite revenu encadrer ce même jury pendant deux éditions. En 2012, il est de retour à Namur avec son court métrage A NEW OLD STORY qui remporte le Prix du meilleur court métrage de la compétition nationale (avant d’être nommé au Magritte du meilleur court métrage !). La même année, Antoine Cuypers participe au FIFF au suivi de l’atelier de scénarisation Grand Nord pour son projet de long métrage… PREJUDICE ! Un projet devenu réalité puisque Antoine Cuypers vient d’en terminer la réalisation. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté que le FIFF présentera PREJUDICE en gala d’ouverture le vendredi 2 octobre en présence de l’équipe du film. Et cette fois, Antoine Cuypers passe de juré à candidat puisque son film entre en lice pour le Bayard d’or de la Meilleure première œuvre !

 

Pour en savoir plus : www.fiff.be

Communiqué Fiff.

4 siècles de notre histoire monétaire

monnaienamur(c)VilledeNamur

(c) Ville de Namur

Frappez votre propre pièce de monnaie et repartez avec un liard de Maximilien-Emmanuel de Bavière ! Philippe le Bon, Charles Quint, Guillaume d’Orange et d’autres ont régné entre 1434 et 1830 sur les Pays-Bas bourguignons et les états héritiers. Quatre siècles durant lesquels une monnaie commune avait cours dans l’équivalent actuel de la Belgique, du G-D de Luxembourg, des provinces du  sud des Pays-Bas et du nord de la France réunis. L’étude des émissions et des réformes monétaires de l’époque est un excellent moyen d’aborder l’histoire. Une histoire qui est aussi la nôtre puisque ces quatre siècles d’évolution des territoires et des familles régnantes dans les Pays-Bas bourguignons mènent à  la naissance de la Belgique.

4 siècles de notre histoire monétaire au Musée archéologique de Namur

Ce dimanche 12 juillet (14h), Alain Fossion, commissaire de l’exposition, proposera une visite guidée sur l’histoire des monnaies.  Venez visiter l’exposition en famille,  frappez votre propre pièce de monnaie et repartez avec un liard de Maximilien-Emmanuel de Bavière !

Visite guidée et animation gratuites sur réservation au 081/23 16 31.

Accessible aux enfants à partir de 6 ans.
Prochaines visites guidées les dimanches 16 août et 6 septembre à 14h
Expertise gratuite de vos monnaies le mardi 14 juillet de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h sur réservation au 081/23.16.31.
Frappe de monnaies : tous les jours à 15h.

Pour en savoir plus:
Une organisation du Musée archéologique en partenariat avec la Société archéologique de Namur.
www.ville.namur.be et www.lasan.be

Le Pavillon des passions humaines

Relief-Lambeaux-mrah

Relief Lambeaux (c)mrah

À nouveau blanc comme neige Fin 2013, le Fonds Inbev-Baillet décidait d’honorer le dossier de restauration du relief monumental en marbre Les Passions Humaines de Jef Lambeaux (1852-1908). Les travaux, d’une valeur de € 36.689, commencèrent le 11 mai et prirent fin le 26 juin. Ils ont été exécutés par l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA). Cette restauration est la phase finale d’une importante campagne. L’année dernière déjà, le pavillon conçu par Victor Horta (1861-1947) avait été remis à l’honneur. Le monument rayonne désormais, littéralement, comme jamais auparavant. Personne n’avait  jamais pu le voir tel qu’il se présente aujourd’hui. Une longue histoire L’histoire des Passions Humaines est assez célèbre. Le renommé sculpteur anversois Jef Lambeaux présenta en 1889 un dessin grandeur nature destiné à un relief monumental. L’année suivante, l’État belge lui confia la charge de le réaliser en marbre de Carrare. L’emplacement choisi fut le Parc du Cinquantenaire, qui venait de voir le jour et auquel la présence de monuments ferait grand bien. L’architecte Victor Horta, encore inconnu à cette époque, se vit confier la conception d’un bâtiment destiné à servir d’écrin au chef-d’œuvre de Lambeaux. La légende veut que le relief des Passions Humaines soit resté sous les verrous durant des décennies à cause de son soi-disant caractère immoral. La raison véritable est en fait la confrontation entre Lambeaux et Horta, deux très fortes personnalités. L’architecte créa un petit bâtiment à portique. Le sculpteur approuva le projet dans un premier temps, mais se ravisa par la suite et émit le désir de remplacer la colonnade par un mur. Horta tint bon et le pavillon fut construit conformément à son projet. Extrêmement mécontent, Lambeaux ralentit dès lors la réalisation du relief en marbre dans l’espoir d’obtenir gain de cause. En conséquence, le monument tel qu’Horta l’avait conçu ne put être inauguré que le 1er octobre 1899, soit neuf ans après la commande par l’État belge ! Jef Lambeaux, de son côté, ne se considérait cependant pas vaincu. Une intervention de sa part provoqua, après son ouverture, la fermeture immédiate du pavillon par une clôture en bois. Le bâtiment et le relief se détériorèrent… Après le décès de Jef Lambeaux en 1908, les choses se précipitèrent. En hommage au regretté sculpteur, il fut finalement décidé de réaliser son rêve. Un mur fut élevé à l’endroit où se dressaient les colonnes qui, quant à elles, furent avancées, en même temps que le fronton. Une porte au milieu du mur donnait accès au relief. Mais elle resta fermée : il n’y eut pas de nouvelle cérémonie d’inauguration en 1910 et on ne profita même pas des travaux pour procéder au nettoyage du relief encrassé. Les Passions humaines entrèrent dans l’oubli avec toutes les conséquences qui en découlent… Qui se termine bien! Depuis 2000 déjà, les Musées royaux d’Art (MRAH) et la Régie des Bâtimentsmilitent pour la restauration des Passions Humaines. Depuis cette époque, le bâtiment a été accessible ponctuellement. Entretemps, la restauration fut préparée dans les moindres détails et des crédits activement recherchés. Cerise sur le gâteau, le Fonds Inbev-Baillet Latour accepta de financer la restauration du relief. L’histoire d’un pavillon à l’abandon dans lequel une œuvre soi-disant immorale est en train de se dégrader appartient désormais définitivement au passé. En retrouvant sa couleur blanche comme la neige, débarrassé de saletés en surface et de ses jointures noircies, le relief des Passions Humaines gagne encore en monumentalité, comme s’il venait d’être sculpté dans un seul bloc de marbre de Carrare de 6,30m sur 11,15m. Durant toute la période de l’heure d’été, les mercredis, samedis et dimanches après-midi, les visiteurs peuvent se laisser aller au trouble des passions humaines transposées dans la pierre, telles qu’une bacchanale, la maternité, des hommes nus combattant, la mort…

 

Pour en savoir plus : www.mrah.be

Amarrage Exposition

amarrage« Amarrage » rassemblera une centaine d’oeuvres et de souvenirs de ces deux amoureux de la Mer, un catalogue très illustré retracera la vie de ces 2 amis, et un double CD vous fera revivre les moments palpitants de la Marine à voiles de fin 1800, de la guerre 14-18 dans la Manche, avec les histoires racontées par Louis Royon: « Du mousse Royon …au commandant Louis Royon » « Amarrage »,le récit de cette amitié, l’évocation des souvenirs d’aventures du temps de la Marine à voiles , les frayeurs de la guerre 14-18 dans la Manche, les mémoires écrites et enregistrées de ces hommes , les retrouvailles de ces deux amis le temps d’ une exposition de peintures qui dépayse, gonfle les voiles, et qui laissera ce goût d’embruns salés, d’iode et de fierté pour nos artistes , notre marine et nos marins belges.

Exposition « Amarrage »…invitation au voyage….

Carlo Adam (1928-1994) , Louis Royon (1882-1968), Deux peintres marinistes belges Deux amis. Si loin pourtant de la mer, l’artiste chatelettain Carlo Adam se découvre très jeune une admiration, une passion, pour l’infinie grandeur de la mer et l’élégance de tant de navires sillonnant notre globe sous toutes les latitudes. La rencontre d’éminents artistes, de personnalités de la marine, de fiers marins, et autres passionnés de la mer, amèneront notre artiste à réaliser son rêve de servir la Marine en la dessinant, la peignant, et en recréant la beauté , la force, … les colères de ses océans.

Voici notre passionné propulsé durant plus de dix ans comme peintre attitré de la Force Navale où il illustrera bon nombre de livres, de revues maritimes. Il publiera son livre illustré d’une centaine de ses dessins sur la « Marine Belge » et garnira régulièrement les cimaises de prestigieuses expositions de peintres de marine.

Sa rencontre avec le « Peintre de la Mer » Louis Royoninfluence Carlo Adam sur un plan artistique mais apporte aussi un enrichissement sur le plan humain. Cap-Hornier en 1898 à bord du prestigieux voilier l’Apollo , ce mousse de 14 ans gravira tous les échelons que comporte la marine.

Officier au long cours, il naviguera toute la guerre 14-18 au commandement du Grand Remorqueur, de garde-pêches, puis, des malles Ostende-Douvres et poursuivra dans la marine marchande, tout en peignant de célèbres affiches publicitaires pour les Malles Ostende- Douvres, la Red Star Line, la C B M C et autres compagnies de croisières et transports transatlantiques; ainsi que d’innombrables huiles marines d’exception .

Il sera un des fondateurs de l’association « Peintres de la Mer »en 1930.

Au château communal de Ham-sur-Heure-Nalinnes (B)
Les 23,24,25 et 26 août 2014
L’exposition gratuite se déroule de 10h00 a 18h00.
Chemin de l’Ourthe 20
B- 6120 Ham-sur-Heure-Nalinnes.

EFA lance un fonds de soutien pour Oleg Sentsov

efaProfondément préoccupée par les récents développements dans l’affaire du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, la European Film Academy a lancé un fonds de soutien afin de réunir l’argent nécessaire aux frais juridiques et pour aider ses jeunes enfants.
Oleg Sentsov, qui a soutenu les manifestations Euro Maidan à Kiev et s’est opposé à l’annexion de la Crimée par la Russie, a été arrêté par le Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB) dans sa maison de Simferopol le 10 mai dernier et a été amené à Moscou où il est toujours détenu et en attente de jugement.

EFA lance un fonds de soutien pour le cinéaste ukrainien emprisonné Oleg Sentsov

Il n’y a pas eu d’information officielle sur les accusations portées contre lui pendant près de trois semaines jusqu’à ce que, le 30 mai dernier, le Service fédéral de sécurité de Russie ait annoncé publiquement que M. Sentsov, ensemble avec trois autres personnes, était accusé d’organiser un groupe terroriste et de préparer des attaques terroristes. A l’initiative du Comité de la European Film Academy, un groupe illustre de professionnels du cinéma européen a signé une lettre aux autorités russes  afin d’exprimer leur inquiétude et appelant à un traitement équitable et à une enquête. Cette lettre a été envoyée le 10 Juin. Le 7 juillet, près de deux mois après son arrestation, il y avait une audience au tribunal de Moscou. En dépit de son plaidoyer non-coupable, de l’appel de la défense de Sentsov et de la demande de le libérer sous caution ou au moins de substituer sa détention en une assignation à résidence, le juge a statué que Oleg Sentsov devrait rester en prison jusqu’au 11 octobre, date du procès.

Sergei Loznitsa, membre EFA, a résumé le discours de Oleg Sentsov comme suit: Il a déclaré qu’il n’a jamais été membre d’un groupe extrémiste et qu’il n’a jamais planifié d’attaques en Crimée ou ailleurs. Il a nié les accusations et a déclaré qu’il avait été torturé. Il a également indiqué que sa vie est en danger. Oleg Sentsov se considère citoyen d’Ukraine (et non de Russie), déclarant qu’il « n’est pas un esclave et ne peut être transféré d’un propriétaire foncier à un autre, ensemble avec la terre ». Il a exprimé son souhait de retourner dans son pays natal, l’Ukraine. Entretemps, une plainte a été déposée auprès de la Cour européenne des droits de l’homme concernant l’arrestation d’Oleg Sentsov, la détention provisoire et les mauvais traitements, et demandant une mesure provisoire en ce qui concerne l’accès au dossier de cette affaire.

Afin d’aider Oleg Sentsov, la European Film Academy fait appel à ses membres afin de verser de l’argent pour la couverture des frais juridiques et pour soutenir ses jeunes enfants. Tous les dons sont les bienvenus – tout montant aidera! Merci!

Pour en savoir plus: www.europeanfilmacademy.org

 

Vous cherchez un commédiens francophone ?

fiffcommediensSurfez sur notre base de données et découvrez 83 jeunes comédiens francophones passés par nos différents ateliers. Et, croyez-nous, ils ont du talent à revendre!
En 2010, le FIFF célébrait ses 25 ans via l’événement « 25 ans, 25 talents » qui mettait à l’honneur la jeune génération de comédiens francophones. Deux ateliers constituaient cet événement « Echanges de talent(s) axé sur 5 comédiens francophones et Génération 25ème. centré sur les comédiens belges.

Ces deux ateliers ont perduré et plus de 80 comédiens y ont déjà participé.
Chaque fiche contient une courte biographie, des photos, des coordonnées ainsi que pour certains une démo. Vous avez en outre la possibilité de faire une recherche ciblée en fonction du sexe et/ou de la nationalité.

Pour en savoir plus : >> Fiff <<

Imagésanté 2014

 

!cid_image001_jpg@01CF4756Ce samedi 22 mars s’est déroulée au Cercle de Wallonie, sous la forme d’un diner de gala réunissant près de 300 convives, la soirée de clôture du festival Imagésanté 2014, placée sous le parrainage d’Emmanuelle Béart.

Imagésanté 2014: un anniversaire (20 ans !), un grand cru !

En ouverture de la soirée, Emmanuelle Béart a souligné son fort attachement au festival et a clamé son grand intérêt pour le secteur du film documentaire. Pour la prochaine édition d’Imagésanté, elle a déclaré ne plus vouloir revenir en marraine, mais plutôt en membre d’un jury, afin de pouvoir découvrir la nouvelle sélection de films sur la santé qui y sera proposée!  Ensuite, Maureen Louys et Philippe Longtain ont appelé sur scène Philippe Kolh, le président heureux d’Imagésanté, les présidents des divers jurys et les partenaires officiels du festival pour découvrir les prix et remettre leurs trophées aux nombreux lauréats.

Le Grand Prix du festival Imagésanté 2014 a été attribué au film allemand « Ne m’oublie pas », un film sensible et attachant sur la maladie d’Alzheimer et sur le souhait de prolonger les souvenirs le plus longtemps possible au sein d’une famille qui se retrouve…. Le Prix du Public, attribué par les spectateurs du festival lors des projections à la Cité Miroir, a été remis au film « Le Cerveau d’Hugo », qui traite avec émotion (et la voix de Sophie Marceau !) de la question de l’autisme. Quant au Prix des Mutualités, c’est le film « Le Ventre, notre deuxième Cerveau » qui l’a emporté, dans lequel on apprend que l’estomac humain contient autant de neurones que le cerveau d’un chien, et que cette découverte pourrait avoir des conséquences sur la recherche thérapeutique importantes !

Les noms des huit autres Prix du festival, un pour chacune des thématiques couvertes par Imagésanté, sont publiés sur le site du festival, www.imagesante.org, sur lequel on pourra également trouver toutes les informations sur les films primés du festival.

125 films en compétition, 35 opérations chirurgicales filmées en direct, 110 ateliers ayant réuni 3.700 élèves, plus de 2.000 personnes aux 6 soirées thématiques, 30.000 connexions sur la Web TV du salon, plus de 10.000 participants à l’ensemble des activités au cœur du Festival aux Amphis de Médecine du CHU et sur les divers lieux décentralisés du festival : tous les indicateurs sont en croissance, témoignant de la vitalité du festival qui au gré de ses éditions, non seulement maintient son cap mais aussi innove et affirme sa notoriété internationale.

En sont témoins les décentralisations vers Dison et Toulouse, les contacts avec le Québec : Imagésanté s’exporte de plus en plus loin, et nul doute que dans les prochaines années verront fleurir de nouveaux partenariats et échanges avec d’autres pays.
Le travail conséquent des divers jurys (10 jurys au total, composés de spécialistes internationaux et d’acteurs locaux du monde de la santé), par la richesse du palmarès qu’il a produit, permettra une plus large diffusion des oeuvres primées, que ce soit dans des réseaux d’enseignement, des associations liées à la santé ou sur diverses chaines de télévision. Un DVD « Best Of » du festival Imagésanté 2014 sera édité en septembre prochain, tandis que le festival organisera diverses soirées thématiques pour présenter les principales œuvres primées.
Imagésanté, un festival en pleine forme, qui donne déjà rendez-vous pour sa prochaine édition, avec encore quelques innovations, pour mars 2016 !