Cérémonie à l’enclos des fusillés de Schaerbeek

ENCLOSFUSILLES05

L’Enclos des Fusillés. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

 

Comme chaque année ce quatrième dimanche du mois d’avril a été organisé la Cérémonie à l’enclos des fusillés à Bruxelles, sur la commune de Schaerbeek. A l’origine, ce cimetière de 365 tombes était le tir national,  un lieu de détente ou tout un chacun venait faire du tir de loisir. L’armée venait également entrainer ses soldats.

ENCLOSFUSILLES03

L’un des nombreux fusillés. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

C’est à cet endroit  que furent fusillés des résistants, femmes et hommes lors des deux guerres mondiales. Tels Edith Cavell, Gabrielle Petit ou Philippe Baucq entre 1915 et 1916. Les allemands avaient gardé la mauvaise habitude de fusiller, ils recommencèrent quelques années plus tard en tuant, entre-autre, André Bertulot, Arnaud Fraiteur et Maurice Raskin en 1943.

ENCLOSFUSILLES02

Madame Jacqueline Galand, Ministre Fédérale de la communication. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Un nombre important de personnalités étaient présentes, une piste aux étoiles comme nous disons à l’armée  lors d’événements militaires. En référence aux étoiles qui indiquent le grade des officiers. Ici il n’y avait aussi des civils, mais citer tout le monde serait aussi long que cet hommage Alors pour faire court, il y avait une Secrétaire d’Etat, un représentant du Roi, un commandant de Province. Divers représentants de cultes, un Ministre du gouvernement fédéral, un Baron qui est aussi député fédéral. Des délégations de résistants, de déportés et de Fraternelles et un ténor pour l’ambiance musicale….. J’arrête là.

ENCLOSFUSILLES

Les familles des fusillés déposent une rose au pied du monument. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

«Les discours étaient trop longs et il y avait beaucoup de fleurs à déposer. Si cela avait été plus court nous n’aurions pas été trempés par la pluie… » Me dit une charmante dame, et elle continue : « J’ai 82 ans, je venais d’habitude avec trois amis, ils étaient là encore l’année dernière, ils sont morts depuis ! Il y a de moins en moins de monde à cette cérémonie. » Et elle termine en me disant « Cette représentante politique à les jambes nues, cela ne se fait pas de venir à une cérémonie sans bas nylon»

ENCLOSFUSILLES04

Beaucoup de femmes sont aussi entrées dans la résistance lors des deux guerres mondiales. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Pour la petite histoire, le Tir national, démoli le 29 avril 1963 était construit sur un terrain appartenant à la Défense National, il avait remplacé le premier Tir national alors installé Place Dailly. Qui deviendra une caserne et l’Etat-Major Général à l’époque. Aujourd’hui, c’est un enclos rectangulaire perdu entre les bâtiments de la RTBF et des immeubles d’habitations, Rue du Colonel Bourg. C’est très gris, quoique entouré de verdure et nous pouvons encore voir une butte du Tir national. En plus des tombes, un petit mémorial à la mémoire des prisonniers politiques belges inconnus de la dernière guerre a été inauguré en 1970. Sur celui-ci il y a une urnes contenant des cendres des victimes des camps de concentrations.

Photographe et reportage : Eric de Wallens ©

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*