Le Chemin du Roy

cheminduroy(c)ericdewallens01

La couronne royale sur le logo visible tout au long du Chemin du Roy, fait référence à l’époque à laquelle il fut construit. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Il était une fois, une histoire passionnante sur un chemin, appelé plus tard : Chemin du Roy, qui deviendra une route, depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui encore, il vit auprès d’un fleuve appelé « Saint-Laurent ». Notre histoire se déroule loin d’ici, de notre petit Royaume Belgique, à une époque où nous n’étions pas encore Belge mais tiraillés entre différentes puissances du moment. Pour découvrir cette aventure, nous devons traverser des contrées, la Mer du Nord et un Océan, l’Atlantique pour arriver dans la Nouvelle France, le Québec actuel.

cheminduroy(c)ericdewallens02

Le Fleuve Saint-Laurent à hauteur de Trois-Rivières, au-dessus de la photo. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Depuis la découverte de ce pays par Jacques Cartier en 1535, les colons immigrent du vieux continent pour venir s’installer sur de nouvelles terres. Quelques années et quelques guerres plus tard, ils ont importés cela aussi, nous sommes au début du 18ème siècle en 1700, le fleuve Saint-Laurent est le principal axe de circulation entre les paroisses et les seigneuries, mais reste lent, Etienne Lenoir (un Belge) n’inventera le moteur à explosion que 150 plus tard, donc tous  déplacements sur l’eau se fait à la rame ou à la voile.

cheminduroy(c)ericdewallens03

Le Chemin du Roy, à Grondines, en direction de Québec. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

cheminduroy(c)ericdewallens04

Batiscan est une autre ville le long du Chemin du Roy entre Montréal et Québec. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Pourtant il existe bien des chemins entre les rangs et seigneuries, mais l’ensemble est assez dispersé et peu pratique. Ce nouveau pays a besoin de se développer mais comment faire, Montréal et Québec, les deux grandes villes sont à plusieurs jours de navigation… Avant d’aller plus loin, arrêtons-nous sur le rang, c’est une bande de terre étroite et perpendiculaire relié au cours d’eau et octroyé au colon afin d’y vivre et cultiver. 50 ans plus tôt, en 1657, l’administration française avait ouvert un poste de ce que l’on appelle chez nous, de Ministre des Travaux Publique, un Grand Voyer, le sieur René Robineau de Bécancour, Seigneur de Portneuf. L’histoire raconte qu’il n’a pas fait grand-chose, et qu’il faudra attendre 1699 et son fils, Pierre pour que cela bouge. C’est lui qui va vraiment prendre les choses en main et mettre sur papier le tracé du Chemin du Roy.

cheminduroy(c)ericdewallens05

L’ancien relais de poste de Deschambault. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Les travaux vont débuter une quarantaine d’années plus tard en 1731 et le troisième Grand Voyer, Jean-Eustache Lanouiller de Boisclerc. Cette route est importante pour le développement du pays, j’en parlais plus haut, en effet, elle va être empruntée par des voyageur à pied, à cheval ou avec toutes sortes de charrettes et carrioles à roues, il y aussi la poste sans oublier l’armée. Pour parcourir la distance entre Québec à Montréal, par ce chemin connu de nos jours sous le nom de route 138,  il fallait entre 4 et 6 jours, sauf au galop, dans ce cas, deux jours suffisent.

cheminduroy(c)ericdewallens06

De l’autre côté du Saint-Laurent, la ville de Trois-Rivières, elle est située environ à mi-parcours du Chemin du Roy, il y avait un relais où les voyageurs pouvaient y passer la nuit. Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

A cette époque il n’existe pas de service de voiries avec son personnel, comme aujourd’hui, c’est donc les hommes qui habitent tout le long du chemin qui seront mis à contributions, aussi bien pour la construction que pour l’entretien, ces « ouvriers » seront connus sous le nom de « Corvée du Roy ». Ils devront ouvrir la route sur 280 kilomètres de long et 7,4 mètres de largeurs à travers les 37 seigneuries et 29 relais assureront le repos du voyageur. Le Chemin du Roy sera inauguré le 8 Août 1734 mais réellement terminé en 1737. Aujourd’hui il a toujours la même vocation, mais en plus c’est devenu un attrait touristique à découvrir.

Photographe et reportage : Eric de Wallens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*