Personnes >107< en détresse

107Sur proposition d’Eliane TILLIEUX, Ministre de la santé, de l’action sociale et de l’égalité des chances, le Parlement wallon a adopté à l’unanimité, ce mercredi 26 mars 2014, un arrêté relatif aux centres de télé-accueil, le numéro « 107 » gratuit et anonyme.
Les centres de télé-accueil sont des services d’aide par téléphone accessibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ils ont pour mission de garantir à toute personne en difficulté ou en détresse qui souhaite trouver « quelqu’un à qui parler » une écoute attentive, une réponse et une orientation éventuelle vers des services d’aide et de soins adéquats. Le numéro d’appel unique et gratuit « 107 » est organisé dans le respect de l’anonymat et des convictions de chacun.

En Wallonie, 5 centres sont agréés  à Charleroi, Liège, Luxembourg, Mons et Namur/Brabant wallon et fonctionnent principalement grâce à la collaboration de nombreux volontaires qui sont sélectionnés et formés par des professionnels. Leur nombre est estimé à plus de 300.
Pour 2012, le nombre total d’appels reçus par les bénévoles s’élève à  122 211, autant dire que ce nombre est considérable !
En ce qui concerne la nature des appels, elle concerne principalement des questions relationnelles, de santé mentale et de solitude. Et 25% des appels relèvent de situations de crise. Quant au public appelant, une majorité sont des femmes (deux tiers) pour un tiers d’hommes. La plupart de ces appelants vivent seuls.

Selon Eliane TILLIEUX, « il est primordial de renforcer la visibilité de cette offre de service et que ces centres collaborent, de manière prioritaire, avec les professionnels de la première ligne dont les Services Intégrés de Soins à Domicile et le secteur de la santé mentale, qu’il s’agisse des Services de Santé Mentale agréés, des réseaux exploratoires inhérents à la réforme des soins en santé mentale ou de toute autre structure active dans le domaine (hôpitaux, services spécialisés en assuétudes, centre de prévention du suicide et d’accompagnement, etc.).  Des partenariats avec d’autres secteurs sont aussi préconisés et, notamment, avec les Associations de Santé Intégrée et les Centres de Planning Familial. »
Aucune base décrétale n’existait en Wallonie depuis le transfert de compétences de 1988. L’objectif de la présente réforme est, d’une part, de doter le secteur d’une base décrétale en l’intégrant dans le dispositif global « Santé » du Code wallon, ce qui lui permettra de renforcer sa visibilité et de s’inscrire davantage comme partenaire des réseaux et, d’autre part, de remplacer les dispositions exécutoires actuelles du Code réglementaire.
Enfin, les besoins du secteur étant manifestes, cette réforme vise, en outre, à doter chaque centre d’un mi-temps formateur/superviseur supplémentaire. Cette réforme s’accompagne donc aussi d’un renforcement budgétaire. En parallèle le système de subventionnement des centres est modifié, afin d’instaurer un financement sur la base de forfaits liés aux fonctions du personnel et à l’ancienneté.

Information du Cabinet de Madame Eliane Tillieux
Ministre de la Santé, de l’Egalité des Chances et de
l’action sociale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*