Le monument Kusy, 73 ans après.

_DSC2011Eric de Wallens (c)

Le monument Kusy à Baelen // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Monsieur l’Echevin Robert Janclaes, Monsieur Christian Delgoffe, Secrétaire Générale Servio et Maître principal en retraite. Monsieur de Wallens, membre de l’Association des journalistes périodiques Belges et étrangers et Administrateur à la Royal Union des Fraternelles des Anciens combattants. Madame Murieen Jenna, technical sergeant Latisha Speaks, senior airman Marisol Zamora, ssgt Daquan P. McLean de l’US Air Force (Basé à Spangdahlem en Allemagne). Messieurs les représentants des Associations Patriotique. Chers amis porte-drapeaux. Mesdames, Messieurs, merci d’être présent à cet cérémonie du souvenir.

_DSC2072Eric de Walens(c)

Discours de Monsieur Marcel Enstipp // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

C’est en ces termes que Monsieur Marcel Enstipp, l’organisateur de la cérémonie débutait son discours. En effet ce samedi 31 juillet 2016 à 16h00 le rendez-vous était donné devant le monument Kusy à Baelen, afin de commémorer la mémoire de l’équipage du B-17 « Flying Jenny » dont le Lieutenant Kusy était le co-pilote. Son corps a été retrouvé à quelques dizaines de mètres de ce monument. Dans le champ juste derrière. La mission de cet avion était d’aller bombarder les usines de Feiseler Storch à Kassel, en Allemagne.

_DSC2054Eric de Wallens(c)

A droite, Monsieur l’Echevin Robert Jeanclaes et à gauche la technical sergeant Latisha Speaks // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Au retour le Squadron dont faisait partie ce B-17 a été la cible de la chasse ennemie et fut touché. Les dégâts étaient si importants que le pilote a décidé de quitter la formation. Le lieutenant Kusy, blessé par des éclats de 20mm a été poussé par ses copains hors de l’avion. Son parachute ne s’est pas ouvert convenablement, semble-t-il et il s’est écrasé au sol. Il était probablement déjà mort de ses blessures comme trois autres membres de l’équipage. Les six autres seront capturés par les Allemands. Aujourd’hui le lieutenant Kusy repose au cimetière d’Arlington aux USA.

_DSC2105Eric de Wallens(c)

Salut au drapeau lors des hymnes nationaux de nos deux pays. // Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Comme dans toutes cérémonies, des fleurs ont étés déposées au pied du monument par la délégation Américaine, mais aussi par monsieur l’Echevin Janclaes. Pour la petite histoire, la grosse pierre qui le compose provient du chantier du TGV qui a été construit à quelques kilomètres de là et qui rejoint Bruxelles à Köln. C’est un endroit à visiter si vous êtes dans la région, ou passionné par l’histoire, c’est aussi un lieu de mémoire. Vous allez me dire : « Oui c’est un monument comme les autres ». Peut-être… Quoique chaque monument a une histoire derrière. Ici c’est en souvenir de cet équipage qui a combattu pour notre liberté. Il ne faut pas l’oublier. Parler d’un mort continue à le faire vivre !

_DSC2144Eric de Wallens (c)

De gauche à droite, Eddy l’ami indispensable de monsieur Enstipp, à ses côtés. Ce sont les deux passionnés par cette histoire qui sont continuent à faire vivre ce monument. La technical sergeant Latisha Speaks, la senior Airman Marisol Zamora et le ssgt Daquan P. McLean. // Eric de Wallens(c)www.Objectifmag.be

Mon nom a été cité deux fois lors de cet événement, une fois vous l’avez lu et une fois dans les remerciements : « Je voudrais spécialement remercier Monsieur de Wallens pour son aide, qui nous a permis de prendre contact avec le fils de William David, membre de l’équipage du Flying Jenny. » C’est bien la première fois que cela m’arrive, je ne m’y attendais pas, surtout que j’étais là juste pour « couvrir » la cérémonie. Et je n’ai pas l’habitude de parler de moi. Cela n’a aucune importance. Mais d’un autre côté, je suis content que l’article que j’ai écrit en 2013 sur cette histoire a permis à la famille de ce militaire de l’US Air Force de savoir que dans ce petit coin de notre beau Royaume des Belges pensent encore aux anciens qui ont combattus pour la liberté.

Pour lire l’article dont je parle >> CLIC <<
Plus de photo >> ICI <<

Photographe et reportage : Eric de Wallens ©

Un détachement de militaires Spatois part pour le Mali

belgiandefensecsedeynritchie-7553

Service de Presse de la Défense (c)

Un détachement du Bataillon 12e de Ligne Prince Léopold – 13e de Ligne de Spa s’envole pour le Mali vendredi 15 janvier en tout début de journée de la base aérienne de Melsbroek. Il sera engagé dans le cadre de la mission EUTM, une mission européenne de formation de militaires maliens.

Les quelque 70 militaires spadois assumeront une mission de force protection dans le camp d’instruction de Koulikoro. Ils seront déployés pendant une période de quatre mois.

Le Bataillon 12e de Ligne Prince Léopold – 13e de Ligne de Spa continuera à assurer en parallèle sa mission d’appui à la police fédérale en Belgique avec près de 200 militaires.

Source et crédit illustration (c): Service de Presse de la Défense.

 

Belgique. Les mesures de sécurité prolongées jusqu’au lundi 30 novembre

.beAprès une actualisation de l’analyse de la menace par l’OCAM et une réunion du Conseil National de Sécurité, il a été décidé de maintenir les mesures de sécurité jusqu’au lundi 30 novembre inclus.

Le niveau 4 de la menace fixé pour la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que le niveau 3 pour le reste du pays restent d’application. Pour les lieux à forte concentration de personnes (tels que les centres commerciaux, transports publics et événements), la vigilance reste de mise.

Situation dans la Région de Bruxelles-Capitale Jusqu’au lundi 30 novembre inclus : •Il a été demandé aux autorités administratives des 19 communes de veiller à une réduction des grands événements sur leur territoire A partir du mercredi 25 novembre : •Les crèches et écoles (maternelles, écoles primaires, écoles secondaires, hautes écoles et universités) ouvrent à nouveau leurs portes •Pré-métro et métro reprennent progressivement leur circulation •Les services de police renforceront à cet égard sensiblement leur sécurité. Cette menace est prise au sérieux par les autorités et les services de sécurité qui suivent la situation en continu. Les services de police, appuyé par la Défense, poursuivent une vigilance accrue pour la sécurité de la population. Une nouvelle évaluation de l’OCAM est prévue pour le lundi 30 novembre. Le numéro d’information 1771 est disponible entre 8h et 20h.

 

Belga

Intervention Léopold I : Suspects arrêtés

léopol I

Service de presse de la Défense (c)

La frégate Léopold I est entrée ce vendredi 6 novembre dans le port d’Augusta en Sicile avec les 258 migrants secourus la veille d’un bateau de pêche en détresse en Mer Méditerranée. Trois des quatre personnes, ayant été identifiées comme suspectes par le Léopold I, furent en effet arrêtées par les autorités italiennes à leur arrivée.

Ceci a pu être réalisé grâce à la vigilance des équipes belges lors de la récolte et recoupe d’informations provenant des observations à distance, de l’inspection de l’embarcation suspecte et des questionnements individuels au fil de l’intervention menée par la frégate. La quatrième personne suspecte, plus que probablement mineure, reste sous surveillance.

Communiqué: Service de presse de la Défense

AG 2015 de la Royale UFAC

RUFAC01Le samedi 9 mai dernier ce fut le grand jour annuel pour la Royale Union des Fraternelles d’Anciens Combattants (RUFAC). En effet, les participants sont venus de tout le pays pour participer au 3ème congrès et Assemblée Générale. Le rendez-vous était donné au nouveau centre administratif de Tervueren, commune néerlandophone située en Brabant flamand à la périphérie de Bruxelles. Ce qui n’est pas toujours anodin dans notre pays. Il faut savoir que cette organisation regroupe des anciens combattants et volontaires de guerre des deux côtés de notre pays. La réunion passe d’une langue à l’autre et les participants se côtoient toute la journée sans aucun problème. Ces gens-là, Monsieur, ce sont battu pour un pays et pas pour un territoire coupé en deux par je ne sais quelle bêtise. J’ai trouvé cela « génial » à vivre.

RUFAC 2015

Monsieur Verhelst. Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Le Président, Monsieur Gilbert Beeckmans déclare ouverte cette Assemblée Générale et comme dans toute AG il y a une liste de point à discuter. Mais avant cela, se passe l’instant de la minute du silence pour les membres décédés dans l’année. Ensuite, après un amusant problème de lumière s’éteignant toute seule… le centre est pourtant tout nouveau mais, sans doute, déjà hanté par quelques anciens voulant aussi manifester leur présence. Les divers points discutés furent, entre autres, l’approbation du procès-verbal, l’augmentation de la cotisation, qui restera finalement à 4€, mais aussi l’accueil des nouveaux Administrateurs.
Sans oublier un moment important pour l’un des membre, monsieur Jean Verhelst, 93 ans a été décoré de la médaille d’or de la RUFAC.

 

RUFAC 2015

A gauche sur la photo, monsieur Gilbert Beeckmans // Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Un point important a été longuement discuté, celui de la connaissance ou de la reconnaissance de la RUFAC par le grand publique. C’est vrai que, à part les initiés, pas grand monde ne la connait. « Nous représentons ceux qui ne sont plus là »,  déclare le Président, qui rajoute « il ne faut pas oublier ce que nos parents et grands-parents ont vécu, nous sommes encore une mémoire parlé grâce à ce qu’ils nous ont racontés. Mais nos enfants… »  Non ! Essayons de passer quelque chose aux générations suivantes. Il faut que personne ne les oublies ! Monsieur Beeckmans termine son intervention par ces mots : « Essayons de passer quelque chose aux générations suivantes ! Faisons appel aux plus jeunes pour rejoindre les rangs de la RUFAC, même si beaucoup sont encore actif dans la vie. Un appel sera fait dans le prochain périodique Belgique d’Abord  »

RUFAC 2015

// Photographe: Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Monsieur Roberti-Linterman, Président de la Fraternelle du 4 bataillon de fusiliers, prend la parole à son tour et propose de travailler aux côtés des enseignants, parler des Fraternelles afin de les faire connaître en allant dans les écoles. Mais il semble que cela pose un problème aux pouvoirs organisateurs et pour eux c’est tout simplement… Non. Les enseignants sont là pour en parler. Ah ! Bon ! Il y a encore des enseignants qui ont fait la guerre 40-45 ! Tiens à 90 ans ils enseignent encore ? Baliverne que tout cela, profitons de nos anciens, ils sont encore là, bon pied, bon œil et toujours prêt à parler, expliquer aux jeunes la vie entre 1939 et  1945.

« Les vieux soldats ne meurent jamais », disait Eisenhower.

Photographe et reportage. Eric de Wallens ©