Le 11 Novembre 2013

congrès01

Quelques Portes Drapeaux de Fraternelles
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Pour les plus anciens, le 11 Novembre était le jour de l’Armistice de la Grande Guerre, mais faute de Vétérans, il y a quelques années, la Belgique a décidé d’en faire le jour d’hommage au Soldat Inconnu, aux morts des deux guerres mondiales et militaires tombés lors des missions de paix et humanitaires depuis 1945. La cérémonie a eu lieu à 11h00 à la Colonne du Congrès à Bruxelles. Comme à son habitude, cet événement annuel est rehaussé par la présence de Sa Majesté le Roi. Les Présidents des Chambres législatives, le Gouvernement et les Chefs des Corps constitués y assisteront également.

congrès02

Madame l’Ambassadrice ravive la flamme.
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

congrès03

Madame l’Ambassadrice signe le livre d’or de la Colonne du Congrès
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Avec les efforts que les militaires Belges fournissent dans les différentes zones d’opérations entre autre l’Afghanistan, la République Démocratique du Congo, le Liban, le Mali et en mer, notre pays et la Défense contribuent au maintien ou à la restauration de la paix et de la sécurité dans plusieurs parties du monde.
Déjà vendredi dernier, le 8 novembre, une première cérémonie s’est déroulée devant le Soldat Inconnu, en effet, chaque année  la Commonwealth War Graves Commission, ravive la flamme sous la Colonne du Congrès.
Cette année, c’est l’Ambassadrice de Nouvelle-Zélande, représentante du Ministre de la Défense, son Excellence Madame Paula Wilson qui eut ce privilège.

A la veille des nombreuses cérémonies commémoratives de la guerre 14-18, la Défense souhaitait remémorer à juste titre tous les efforts que des centaines de milliers de soldats ont accomplis pour notre liberté.
Souvenez-vous, notre Royaume de Belgique était un pays neutre et fut entraîné malgré elle dans cette Guerre par la violation de notre territoire le 4 août 1914 à 0802 à Gemmenich, environ à 50 kilomètres de Liège.

_DSC7010 (2)

SAR Philippe 1er dépose un couronne de fleur sur la tombe du Soldat Inconnu
Eric de Wallens(c)

28 minutes plus tard, le premier de nos soldats était tué, il s’appelait Antoine Fonck, Cavalier Brigadier au 2ème Lanciers (aujourd’hui, ce régiment existe toujours, mais a été fusionné avec le 4 L et est appelé actuellement 2/4 Lanciers).

_DSC6968 (2)

Henri Kichka il passé 1150 jours dans onze camps de la mort.
Eric de Wallens (c)

Il était en patrouille vers 07h30 avec 4 autres de ses collègues aux environs de la Route Charlemagne (N3) à Thimister-Clermont, toute proche de la frontière Allemande.

Ils ont pour mission de reconnaître cette région afin de voir si les Allemands respectent la neutralité de la Belgique. En effet, le Roi Albert Ier venait de refuser l’ultimatum Allemand demandant le libre passage de notre territoire par leur armée.

_DSC7073 (2)

Guillaume, 14 ans. Son arrière grand père était Volontaire de Guerre au 4 Bon de Fus. Lors de la dernière Guerre. Aujourd’hui il lui fait honneur en étant le plus jeune porte-drapeau de Belgique.
Eric de Wallens (c)

Cette journée du souvenir s’est terminé à 19h30, à la Place Royale de Bruxelles, en l’Eglise Saint-Jacques sur Coudenberg,  par l’inauguration solennelle des Emblèmes Reprenant les glorieuses citations de l’Armée Belge.

Cette cérémonie présidée par Monseigneur André-Joseph Léonard, Evêque du Diocèse aux Forces Armées s’est déroulée en présence de sa Majesté le Roi Philippe, du Chanoine Johan Van Den Eeckhout, Aumônier en Chef à la Défense, de l’Aumônier Robrecht Boone, curé de la Paroisse, et les membres de la Fabrique d’Eglise de Saint-Jacques sur Coudenberg. De Monsieur Pieter De Crem, Ministre de la Défense et de plusieurs autorités, civiles et militaires.

_DSC7215 (2)

SAR Philippe 1er et Monseigneur Léonard sur le Parvis de l’Eglise.
Eric de Wallens(c)

 

Monsieur L’Evêque désir souligner le caractère militaire de la Cathédrale du Diocèse aux Forces Armées en perspective des commémorations du centenaire de la 1ère Guerre mondiale.

 

 

 

 

Photographe, reportage : Eric de Wallens

La Première Guerre en photos

PREMIERE GUERRE 01

Le Cimetière d’Etaple. Commonwealth France
Eric de Wallens (c)

C’était il y a 100 ans, le 3 Août 1914, l’Allemagne envahissait la France et le lendemain, le 4 Août, les premiers Hulans arrivaient en Belgique.
72 ans plus tard Eric et Myriam de Wallens, photographe et journaliste de notre rédaction débutent ce travail photographique  c’était en 1986 : « et oui déjà 27 ans, m’explique Eric que nous parcourons les champs de batailles de Belgique et de France afin de découvrir mais aussi de faire un maximum de photos de tous ces lieux chargés d’histoires et je ne compte pas m’arrêter là »

PREMIERE GUERRE 05

Le Cimetière Allemand d’Epinonville. France
Myriam de Wallens (c)

Ils ont commencés ces reportages avec un seul but, partir à la découverte de la Première Guerre, essayer de rendre compte de la vie des combattants, et de trouver des Traces et Vestiges de ce qui devait être, la Der des Der et cela bien avant que le l’on ne parle du « Devoir de Mémoire ».
Très vite, Myriam et Eric ont eu l’idée d’’ exposer leurs photos mais aussi d’éditer un livre.  « Depuis nous avons eu le plaisir d’organiser quelques expositions. Le livre est encore un projet, continue Eric ».

PREMIERE GUERRE 03

Le village détruit de Bezonvaux. France
Myriam de Wallens(c)

Aujourd’hui, ils peuvent exposer un travail photographique très complet sur ce premier conflit du siècle dernier. De l’invasion de la Belgique et de la France, des batailles de Verdun, d’Ypres de la Marne, l’Argonne, Vimy mais aussi de la course à la Mer sans oublier la Bataille de Charleroi, de Mons ou des combats de 1914 dans les Ardennes Belges (la Bataille des Frontières), etc… Plusieurs photos de cette exposition ont été réalisées pour le livre de Carl Ooghe « Fiestsen in de Frontstreek », édité par le « Davidsfonds ».

PREMIERE GUERRE 02

Le Mémorial Canadien de Terre Neuve. France
Eric de Wallens (c)

La nouvelle exposition porte le nom « D’’Ypres à Verdun » et regroupe les photos des deux autres expositions ainsi que de nouvelles images prisent depuis le début de nos découvertes à ce jour. « A ce jour, oui, mais il y a encore du boulot me dit Eric, j’ai encore des kilomètres à faire dans notre Royaume afin de compléter nos découvertes ».
Pourquoi donner ce nom à l’exposition, c’est simple, ce sont deux villes martyres, Ce nouveau projet, devrait être exposé en Belgique et en France, entre 2014 et 2018, nous vous tiendrons au courant lors de nos prochaines parutions.
Depuis la mort de sa femme, Eric continue seul ce travail passionnant dans les deux pays afin de compléter la banque d’images sur ce conflit.

Cathy de Senonchamps
Photographes : Myriam et Eric de Wallens ©