Le Memorial Day

Le Memorial Day. Tiens, mais qu’est-ce que c’est ? Voilà une bonne question. Les américains ont le culte des vétérans, des anciens combattants, des volontaires de guerre, ce n’est pas comme en Belgique. Dans notre pays certains préfèrent les oublier. Cette tradition américaine remonte à la Guerre de Sécession, où, à cette époque, les tombes des soldats tués au combat étaient décorées de fleurs. Mais ce n’était pas suffisant, le 5 mai 1868, le Général John Alexander Logan en fait une journée particulière. Et le 30 mai de la même année, le Decoration Day, ancêtre du Memorial Day, sera célébré pour la première fois au cimetière d’Arlington. Ce n’est que quelques années plus tard, en 1882, que cette cérémonie sera connue sous le nom actuel et honorera tous les soldats tués lors des autres guerres aussi.

Le Mardasson // Eric de Wallens(c)Objectifmag.be

Chaque année à la même période fin mai, début juin, se déroule le Mémorial Day. De par le monde, des milliers d’américains se rassemblent dans les cimetières militaires US afin de participer à une cérémonie en l’honneur des soldats morts au combat et enterrés loin de chez eux. Dans notre beau Royaume de Belgique, nous avons trois « jardins de pierres », à Waregem, Henri-Chapelle et Neuville-en-Condroz. Sans oublier le Mardasson à Bastogne. Là, ce Mémorial témoigne de la reconnaissance Belge aux troupes américaines venues combattre dans la région durant l’hiver 1944 -1945.

Trois Volontaires de guerre du 4ème Bataillon de Fusiliers // Eric de Wallens(c)Objectifmag.be

L’histoire a tendance à ne retenir que les GI’s, c’est vrai que dans le périmètre de Bastogne il était nombreux. Mais Il y avait aussi des militaires des 5ème et 6èmebataillon de fusiliers, bien belge ces deux unités. C’est unité étaient rattachées à la 3ème Armée US. Un peu plus haut, en remontant vers l’Allemagne, dans la région de Liège et proche de la Province du Limburg, était stationné le 4ème bataillon de fusiliers, rattaché, lui, à la 9ème Armée US. Ceux-ci gardaient les ponts et les axes routiers importants afin d’éviter une arrivée de renfort Allemands.

Portes drapeaux et écoles assistent au Memorial Day au cimetière US de Neuville en Condroz // Eric de Wallens(c)Objectifmag.be

Quoiqu’il en soit, Il n’y a pas que des américains qui assistent à cette cérémonie, chez nous, comme partout, le publique est invité à se recueillir en compagnie d’anciens combattants et Belges, ainsi que diverses Associations Patriotiques comme la Royal Union des Fraternelles des Anciens Combattants (RUFAC), la Fédérations National des Anciens Combattants (FNC) ou Servio pour ne citer qu’eux.

 

Reportage et archives photos : Eric de Wallens ©

Belgique. Les mesures de sécurité prolongées jusqu’au lundi 30 novembre

.beAprès une actualisation de l’analyse de la menace par l’OCAM et une réunion du Conseil National de Sécurité, il a été décidé de maintenir les mesures de sécurité jusqu’au lundi 30 novembre inclus.

Le niveau 4 de la menace fixé pour la Région de Bruxelles-Capitale ainsi que le niveau 3 pour le reste du pays restent d’application. Pour les lieux à forte concentration de personnes (tels que les centres commerciaux, transports publics et événements), la vigilance reste de mise.

Situation dans la Région de Bruxelles-Capitale Jusqu’au lundi 30 novembre inclus : •Il a été demandé aux autorités administratives des 19 communes de veiller à une réduction des grands événements sur leur territoire A partir du mercredi 25 novembre : •Les crèches et écoles (maternelles, écoles primaires, écoles secondaires, hautes écoles et universités) ouvrent à nouveau leurs portes •Pré-métro et métro reprennent progressivement leur circulation •Les services de police renforceront à cet égard sensiblement leur sécurité. Cette menace est prise au sérieux par les autorités et les services de sécurité qui suivent la situation en continu. Les services de police, appuyé par la Défense, poursuivent une vigilance accrue pour la sécurité de la population. Une nouvelle évaluation de l’OCAM est prévue pour le lundi 30 novembre. Le numéro d’information 1771 est disponible entre 8h et 20h.

 

Belga

Une formation d’accueil aux écoles de Sombreffe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Outre les participants à la formation, on retrouve Mesdames Bénédicte NOEL, Directrice de l’IPFS Namur, Annick REGNIER, Directrice de Ecole Saint-Lambert de Ligny et Sabine LABARRE, Directrice des Ecoles communales, ainsi que Messieurs Marc LALOUX, Président de l’ALE de Sombreffe, Claude TOURNEUR, Directeur de l’Ecole Saint-Laurent de Sombreffe, Jean-Jacques LADURON, formateur à l’IPFS, Thibaut NANIOT, Directeur Général de la Commune de Sombreffe et Olivier ROMAIN, 1er Echevin en charge de l’Enseignement et de l’Accueil extrascolaire.

La Commune de Sombreffe, en partenariat avec la Province de Namur et l’Agence Locale pour l’Emploi de Sombreffe, a officiellement lancé ce mercredi 22 avril 2015 une formation « Accueil des enfants dans une structure collective » pour les accueillant(e)s extrascolaires et les surveillant(e)s du temps de midi au sein des écoles de l’entité.

 Lancement d’une formation de qualité pour l’accueil extrascolaire et la surveillance du temps de midi au sein de nos écoles

Cette formation de 100 heures, réparties sur près d’une année, est dispensée par l’Institut provincial de Formation Sociale de la Province de Namur.
Sa portée est double. Elle doit en effet permettre aux participants de rencontrer tant l’objectif de notre Programme Stratégique Transversal qui est de renforcer les qualifications du personnel de surveillance des temps de midi, mais aussi celui du Programme CLE (Coordination Locale pour l’Enfance) à Sombreffe dont la vocation se veut de soutenir la qualité de l’accueil extrascolaire dans les écoles de l’entité.
D’un montant total de 10.500 €, la formation bénéficie d’un cofinancement de la Province de Namur dans le cadre du Partenariat Communes-Province et de l’Agence Locale pour l’Emploi de Sombreffe.

La formation s’adresse à l’ensemble des accueillants et surveillants du temps de midi des écoles de l’entité, tous réseaux confondus. En effet, une école ne se résume pas à ses enseignants, c’est un tout et le bien-être des élèves passe aussi par un encadrement de qualité lorsqu’ils ne sont pas en classe.
Pour la Commune de Sombreffe, il était important de proposer ce type de formation à l’ensemble des réseaux, lesquels valorisent ainsi leur participation à la Commission Communale d’Accueil depuis sa création.

Communiqué de l’Administration communale de Sombreffe