L’EUROPE, remise en balance par certains…

Ils ne réfléchissent pas ou ne veulent pas comprendre ; mais il est aussi réel, malheureusement, que l’Europe n’a jamais été bien expliqué aux peuples d’Europe.C’est là le grand soucis… Il est grand temps d’y remédier.
Dans un article précédent,1 je vous parlais de la naissance de l’idée « Europa », de la volonté d’un homme, Richard Coudenhoven-Kalergi, d’unir les pays d’Europe ; lui et Otto de Habsbourg qui l’a toujours soutenu, doivent se retourner dans leur tombe du fait du Brexit qui est un risque de tache d’huile.

Le « Huffington Post a transmis en direct le vibrant plaidoyer fait, à Strasbourg (F), par le député européen espagnol : Esteban Gonzalez Pons ; il était animé par une froide colère sur le Brexit. C’est un membre du PPE, l’équivalent du parti français « Les Républicains ».
Je ne puis résister à la retranscription de son discours, en espagnol, d’une minute et 34 secondes, qui donne à réfléchir et à réagir :
« L’Europe est liée au nord par le populisme et au sud par les réfugiés qui se noient « dans les mers ; à l’est il y a les tanks de Poutine. A l’ouest il y a le mur de Trump.
« Son passé est la guerre, son futur est le Brexit.
« Aujourd’hui l’Europe est plus seule que jamais mais les citoyens ne le savent pas et « c’est d’ailleurs pour cette raison que l’Europe reste la meilleure solution, mais nous « ne savons pas comment l’expliquer aux gens.
« La globalisation nous a enseigné que l’Europe est inévitable. Il n’y a pas « d’alternative.
« Mais le Brexit nous a aussi appris que l’Europe n’est pas irréversible ; on peut faire « marche arrière, et c’est vrais qu’il fait très froid en dehors de l’Europe.
« Le Brexit est la décision la plus égoïste qui a été prise depuis que Churchill a sauvé « l’Europe au prix du sang, de la sueur et des larmes des anglais.
« Le Brexit est la façon la plus insidieuse de dire au-revoir à l’Europe.
« L’Europe n’est pas un marché, c’est la volonté de vivre ensemble.
« Quitter l’Europe, ce n’est pas quitter un marché, c’est quitter les rêves que nous « partageons. Nous pouvons partager un marché, mais si nous n’avons pas de rêves « en commun, nous n’avons rien. »

Autrement dit, ceux, parmi les anglais qui ont, enfin, compris leur erreur sont assez nombreux pour faire pression sur leur Gouvernement afin d’arrêter le processus et l’expliquer largement à leur compatriotes. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, malgré les dires et les écrits de certains « élus » et autres journalistes à travers l’Europe et même à l’extérieur de ce grand continent. D’où, également, certains dirigeants à l’est tentent d’enclencher une même démarche erronée.
Il est aussi un fait certain, c’est que l’Europe Unie est une puissance que d’autres ne veulent pas voir s’affirmer. D’où leur volonté de tout faire pour entraver sa volonté d’avancer.

(1) Au sujet de l’Europe

Henrianne van Zurpele – 31 mars 2017
Crédit illustration: GdW et Paneuropa (c)

Un détachement de militaires Spatois part pour le Mali

belgiandefensecsedeynritchie-7553

Service de Presse de la Défense (c)

Un détachement du Bataillon 12e de Ligne Prince Léopold – 13e de Ligne de Spa s’envole pour le Mali vendredi 15 janvier en tout début de journée de la base aérienne de Melsbroek. Il sera engagé dans le cadre de la mission EUTM, une mission européenne de formation de militaires maliens.

Les quelque 70 militaires spadois assumeront une mission de force protection dans le camp d’instruction de Koulikoro. Ils seront déployés pendant une période de quatre mois.

Le Bataillon 12e de Ligne Prince Léopold – 13e de Ligne de Spa continuera à assurer en parallèle sa mission d’appui à la police fédérale en Belgique avec près de 200 militaires.

Source et crédit illustration (c): Service de Presse de la Défense.