La FATAC

LA FATACLa FATAC ou le récit d’une période de l’histoire du 15 Wing de Transport Aérien de Melsbroek et du Flight Hélicoptères de Coxyde; En juin 1964, la République du Congo était au bord du gouffre. Plus de la moitié de ce gigantesque pays était aux mains des rebelles. C’est à cette époque qu’une petite force armée, commandée et encadrée par des officiers et des sous-officiers belges, reçut pour mission de ramener l’entièreté du territoire sous l’autorité du gouvernement central. Cette force était composée de mercenaires, d’anciens gendarmes katangais rentrés d’exil en Angola, et de quelques autres soldats de l’Armée Nationale Congolaise.

UNE PAGE D’HISTOIRE BELGO-CONGOLAISE INEDITE A LIRE ABSOLUMENT

Ce livre est, période au sujet de laquelle durant des dizaines d’années, pratiquement rien ne put être officiellement déclaré. C’est l’histoire des nombreux volontaires de notre Force Aérienne, qui sous contrainte plus ou moins forte, furent envoyés par les autorités de l’époque dans notre ex-colonie du Congo, à partir de juin 1964 jusqu’en juillet 1967.

Une histoire palpitante, reprenant les témoignages de nombreux anciens qui vous fera revivre les missions d’évacuation d’otages et de blessés, les largages et les transports de ravitaillement par les hélicoptères H-21 et les Dakota C-47 de la FATAC.

Un récit de la vie difficile et souvent dangereuse menée au mépris du danger par des équipages et des non navigants débrouillards et courageux.

Un livre de 230 pages sur papier glacé au format A4, abondamment illustré ; 182 photos dont 26 en couleurs, 12 cartes et 3 planches hors-texte.

Egalement édité en néerlandais sous le titre « WIJ WAREN ERBIJ ».

 

A commander au prix de 28 € (frais d’envoi en Belgique compris – Europe 32 € – hors Europe 40 €) par virement au compte BE17 3101 7279 9021 des Compagnons de l’Ommegang à 1160 Bruxelles, en mentionnant : «  FATAC Français » (ou Néerlandais, suivant le cas).

Aiseau Médiéval

Légende d'Aiseau 1Dans le cadre de la fête du Castor qui se déroulera le week-end de l’Ascension, le Syndicat d’Initiative d’Aiseau-Presles, en collaboration avec « Les Castors CJJM », organise, le samedi 16 mai dans le site fabuleux de la Ferme des Castors, une grande manifestation touristique avec, la reconstitution de la « Légende d’Aiseau » et ses joutes médiévales. Des faits, à la fois historiques et légendaires qui ont opposé, au 14ème siècle (l’an 1326), les chevaliers de la « Terre d’Aiseau » opposés aux moines de l’abbaye d’Oignies.

« La Légende d’Aiseau »

Les Chevaliers siégeaient à Aiseau-centre, dans l’ancien château qui était érigé autrefois à l’endroit actuel de l’école communale d’Aiseau-Centre, d’ailleurs le proche d’entrée existe toujours aujourd’hui ainsi qu’une partie de l’enceinte.Le pacte scellé en 1326 entre chevaliers et moines rebelles aboutira malheureusement à la pendaison et au brûlage du Moine prieur Nicolas Charlier…Ce sont ces faits que les Castors vont reproduire dans une ambiance chevaleresque. C’est ainsi que des Chevaliers (reconstituants) des moines, vont s’affronter à nouveau dans une joute dynamique, marqué par des épisodes d’antan.

Tout le monde sera de la fête… Les tout-petits, les enfants, les jeunes, les parents, les grands-parents auront l’occasion de découvrir des animations appropriées dans la joie, l’humeur champêtre et le divertissement. Mais la part belle sera réservée, tout spécialement, aux enfants le samedi (à partir de 14h) avec la Kermesse des Castors : pêche aux canards, grimage, baptême à cheval, tour en calèche, go-karts et un tas d’autres stands donneront la gaieté, la bonne humeur aux enfants en quête de surprises et de sensations.
Tout est prévu, une terrasse avec petite restauration pour assouvir l’appétit féroce des enfants, et la buvette pour désaltérer la soif  de toute la famille.
Pour la kermesse des Castors, les enfants pourront retirer des bons gratuits (d’une valeur de 18 €.) ainsi que l’entrée gratuite à castorland (valeur 5 €.) soit à la Ferme des Castors, soit dans les écoles, associations et clubs de la région.

Rendez-vous donc, le samedi de l’Ascension à «  la Ferme des Castors » à Aiseau.

Pour tous les détails du programme du week-end de l’Ascension contactez l’asbl « Les castors CJJM » e-mail : info@castor.be  ou surfez sur www.castor.be ou par tél: 071/76.03.22  ** Fax : 071/76.19.26
Adresse : rue du Faubourg 16 à 6250 Aiseau (Hainaut)

Le 11 Novembre 2013

congrès01

Quelques Portes Drapeaux de Fraternelles
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Pour les plus anciens, le 11 Novembre était le jour de l’Armistice de la Grande Guerre, mais faute de Vétérans, il y a quelques années, la Belgique a décidé d’en faire le jour d’hommage au Soldat Inconnu, aux morts des deux guerres mondiales et militaires tombés lors des missions de paix et humanitaires depuis 1945. La cérémonie a eu lieu à 11h00 à la Colonne du Congrès à Bruxelles. Comme à son habitude, cet événement annuel est rehaussé par la présence de Sa Majesté le Roi. Les Présidents des Chambres législatives, le Gouvernement et les Chefs des Corps constitués y assisteront également.

congrès02

Madame l’Ambassadrice ravive la flamme.
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

congrès03

Madame l’Ambassadrice signe le livre d’or de la Colonne du Congrès
Eric de Wallens(c)www.objectifmag.be

Avec les efforts que les militaires Belges fournissent dans les différentes zones d’opérations entre autre l’Afghanistan, la République Démocratique du Congo, le Liban, le Mali et en mer, notre pays et la Défense contribuent au maintien ou à la restauration de la paix et de la sécurité dans plusieurs parties du monde.
Déjà vendredi dernier, le 8 novembre, une première cérémonie s’est déroulée devant le Soldat Inconnu, en effet, chaque année  la Commonwealth War Graves Commission, ravive la flamme sous la Colonne du Congrès.
Cette année, c’est l’Ambassadrice de Nouvelle-Zélande, représentante du Ministre de la Défense, son Excellence Madame Paula Wilson qui eut ce privilège.

A la veille des nombreuses cérémonies commémoratives de la guerre 14-18, la Défense souhaitait remémorer à juste titre tous les efforts que des centaines de milliers de soldats ont accomplis pour notre liberté.
Souvenez-vous, notre Royaume de Belgique était un pays neutre et fut entraîné malgré elle dans cette Guerre par la violation de notre territoire le 4 août 1914 à 0802 à Gemmenich, environ à 50 kilomètres de Liège.

_DSC7010 (2)

SAR Philippe 1er dépose un couronne de fleur sur la tombe du Soldat Inconnu
Eric de Wallens(c)

28 minutes plus tard, le premier de nos soldats était tué, il s’appelait Antoine Fonck, Cavalier Brigadier au 2ème Lanciers (aujourd’hui, ce régiment existe toujours, mais a été fusionné avec le 4 L et est appelé actuellement 2/4 Lanciers).

_DSC6968 (2)

Henri Kichka il passé 1150 jours dans onze camps de la mort.
Eric de Wallens (c)

Il était en patrouille vers 07h30 avec 4 autres de ses collègues aux environs de la Route Charlemagne (N3) à Thimister-Clermont, toute proche de la frontière Allemande.

Ils ont pour mission de reconnaître cette région afin de voir si les Allemands respectent la neutralité de la Belgique. En effet, le Roi Albert Ier venait de refuser l’ultimatum Allemand demandant le libre passage de notre territoire par leur armée.

_DSC7073 (2)

Guillaume, 14 ans. Son arrière grand père était Volontaire de Guerre au 4 Bon de Fus. Lors de la dernière Guerre. Aujourd’hui il lui fait honneur en étant le plus jeune porte-drapeau de Belgique.
Eric de Wallens (c)

Cette journée du souvenir s’est terminé à 19h30, à la Place Royale de Bruxelles, en l’Eglise Saint-Jacques sur Coudenberg,  par l’inauguration solennelle des Emblèmes Reprenant les glorieuses citations de l’Armée Belge.

Cette cérémonie présidée par Monseigneur André-Joseph Léonard, Evêque du Diocèse aux Forces Armées s’est déroulée en présence de sa Majesté le Roi Philippe, du Chanoine Johan Van Den Eeckhout, Aumônier en Chef à la Défense, de l’Aumônier Robrecht Boone, curé de la Paroisse, et les membres de la Fabrique d’Eglise de Saint-Jacques sur Coudenberg. De Monsieur Pieter De Crem, Ministre de la Défense et de plusieurs autorités, civiles et militaires.

_DSC7215 (2)

SAR Philippe 1er et Monseigneur Léonard sur le Parvis de l’Eglise.
Eric de Wallens(c)

 

Monsieur L’Evêque désir souligner le caractère militaire de la Cathédrale du Diocèse aux Forces Armées en perspective des commémorations du centenaire de la 1ère Guerre mondiale.

 

 

 

 

Photographe, reportage : Eric de Wallens